Traductions2chansons.fr
 

Bookmark and Share 



 
image logo lien vers page Facebook site traductions2chansons.wifeo.com
 
 
 
Les titres
 
 
 
AMBER WAVES
Amber Waves
 
Il t'a mise en lumière
Comme Amber Waves
Dans son film
Il t'a vraiment bien arrangée
Au point que je ne te reconnais plus
Des cours de danse classique au Lap Danse
Et à la vidéo
Et, par infos glanées au bord des piscines,
C'est ainsi qu'il te ferait connaître
 
Dans la chambre de chaque jeune homme
Tu t'es abandonnée
Sur DVD et dans des magazines
Tu t'es abandonnée
Un rite de passage personnel
Tu t'es abandonnée
Au doux rêve de tous les garçons
Et à leurs fragments de papiers
 
Tu disais « il a une machine qui guérit
Elle scintille dans la nuit
Scintille dans la nuit »
Tu dis « il ne reste plus grand-chose de moi
N'y touche pas.
Mais si tu es dans le coin, et que tu as le temps,
Dit aux Lumières du Nord de continuer de briller
Dernièrement, on avait l'impression qu'elles se noyaient ».
 
Il a su te mettre en lumière
Et convoquer tous les cygnes au bord du lac
Hors de Cabo San Lucas
Pour un stimulus d'optique
Puis tu a commencé à soupçonner
Qu'il y avait quelqu'un d'autre
A travers son verre de cristal de luxe
En te voyant
Totalement immergée dans son sépia
Dans la chambre de chaque jeune homme
Tu t'es laissée aller
Sur DVD et dans des magazines
Tu t'es abandonnée
Un rite de passage personnel
Tu t'es abandonnée
Au doux rêve de tous les garçons
Et à leurs fragments de papiers
 
Tu disais « il a une machine qui guérit
Elle scintille dans la nuit
Scintille dans la nuit »
Tu dis « il ne reste plus grand-chose de moi
N'y touche pas.
Mais si tu es dans le coin, et que tu as le temps,
Dit aux Lumières du Nord de continuer de briller
Dernièrement, on avait l'impression qu'elles se noyaient ».
 
Alors je suis partie
Car j'avais le temps,
Et ai dit aux Lumières du Nord
De continuer à briller
Elles m'ont dit de te dire
Qu'elles te font un petit coucou
 
 
A SORTA FAIRYTALE
Une sorte de conte de fées
 
Sur le trajet vers le nord
Sur les hauteurs de Ventura
J'ai replié la capote
Et je te parlais
Et je savais alors
Que cela durerait toute une vie
Mais ce que j'ignorais
C'est que nous serions capables
De briser notre ligne d'horizon
 
Et je suis triste.
Comme un bon livre,
Je ne peux pas revenir en arrière
Une sorte de conte de fées
Avec toi
Une sorte de conte de fées
Avec toi
 
Les choses que tu as dites
Ce jour-là
Sur les hauteurs de la 101
La fille les a démontées
J'ai essayé de les minimiser
En faisant un pari sur nous
Tu disais que
Tu le tiendrais
Aussi longtemps que je le pourrais
Je ne peux l'effacer
 
Et je suis triste.
Comme un bon livre,
Je ne peux pas revenir en arrière
Une sorte de conte de fées
Avec toi
Une sorte de conte de fées
Avec toi
 
Et je roule
Et puis j'ai roulé à tes côtés
Et j'ai roulé à tes côtés
Jusqu'à ce que tu me perdes
Sur cette grand-route
Et j'ai fait du chemin
Jusqu'à ce que la couche de miel
Soit trop ténue pour moi
Pour briser ta croûte de pain
Pour moi, pour briser ta parole
J'ai du le (la) dérober
 
Et je suis triste.
Comme un bon livre,
Je ne peux pas revenir en arrière
Une sorte de conte de fées
Avec toi
Une sorte de conte de fées
Avec toi
Je pourrais venir le rechercher
 
Sur la route en descendant vers le Nouveau Mexique
Qui ressemblait à une grand-route,
Je savais qu'il recherchait du sang indien
Et qu'il en a trouvé un peu en toi
Qu'il en a trouvé un peu en moi
Nous pouvons bien nous trouver sur cette route, certes,
Mais nous ne sommes que des imposteurs
Dans ce pays, tu le sais
Alors on a continué et avons décidé
De faire semblant
Je me sens mieux avec Oliver Stone
Jusqu'à ce que je l'embrasse presque -
Cette nuit-là semblait bien se passer
Et j'ignore ce qui se trame là-bas dans le froid désertique
Ces types pensent qu'ils doivent tout tenter pour nous dominer
Et je suis triste.
Comme un bon livre,
Je ne peux pas revenir en arrière
Une sorte de conte de fées
Avec toi
Une sorte de conte de fées
Avec toi
 
Et je roulais
Je roulais
Pour un moment
Jusqu'à ce que tu me perdes
Et je roulais
Roulais jusqu'à ce que tu me perdes
Jusqu'à ce que tu me perdes
Dans le rétroviseur
Tu me perdes
C'est ce que je disais
 
Remontant vers le Nord, j'ai pris ma journée
Finalement, c'était une journée plutôt sympa
Et j'ai déplié la capote
Juste à l'endroit où on pouvait
Parfaitement bien humer l'air du paradis
Ressentir la brise de l'été
Ne sachant pas quand nous reviendrions
Et je – Je -
Ne pensais pas
Que nous finirions ainsi.
 
 
WEDNESDAY
Vendredi
 
Rien à craindre ici
Je suis assise par-là
Comme une imbécile
Alors qu'il y a du travail à faire
Juste un appel en attente
Et la respiration tranquille
De notre Persan
Que nous appelons Cajun
Un Vendredi
 
Alors nous avançons,
Une année après l'autre
Avec des secrets que l'on garde
Je croyais que tu disais
Que tu n'es pas un Templier
On a l'impression de tourner en rond
Pour un tas de diverses raisons
Mais un jour,
Il faut bien que l'Aigle se pose un jour
 
Dehors, devant la fontaine
Et à gauche près de la gare
Je démarre la journée
Normalement
Puis je me dis :
Pourquoi pas
Une pause café
Puis je repense
A ce que tu m'as dit
 
Personne à la porte
Tu dis qu'il s'agit peut-être d'un fantôme
Peut-être même un spectre
Je suis en partie d'accord
Quelque chose se trouve parmi nous
Je ne peux y mettre un doigt
C'est Thumbalina taille 10
Un vendredi
 
Alors nous avançons,
Une année après l'autre
Avec des secrets que l'on garde
Je croyais que tu disais
Que tu n'es pas un Templier
Tu me dis de me ressaisir
Tu suspectes que nous soyons étrangement pareils
Et pourtant
Il faut bien que l'Aigle se pose un jour
 
Dehors, devant la fontaine
Et à gauche près de la gare
Je démarre la journée
Normalement
Puis je me dis
Pourquoi pas
Une pause café
Puis je repense
A ce que tu m'as dit
 
Je prends mon courage à deux mains
Et fait tout disparaître d'un claquement de doigts
Je me mets à fredonner « When Doves Cry »
 
Est-ce que quelqu'un peut m'aider ?
Je crois que je suis perdue ici
Perdue dans un lieu
Que l'on appelle
L'Amérique
 
 
STRANGE
Étrange
 
C'est étrange
Je croyais bien te connaître
Je croyais avoir lu le ciel
Je croyais avoir lu un changement
Dans tes yeux
C'est si étrange
Je me suis réveillée dans un monde
Auquel je n'appartiens pas
Sauf quand je peux jouer
C'est encore plus étrange
 
En fin de compte,
Que recherchais-tu vraiment
Et je me demande
Quand est-ce que je vais apprendre
Bleu, c'est pas rouge
Tout le monde sait ça
Et je me demande
Quand est-ce que je vais apprendre
Quand est-ce que je vais apprendre
Je crois que j'ai été plus loin
Que je ne le pensais
Si j'ai assez d'amour
Pour tous les deux
 
« Reste »
M'as-tu dit
« Nous construirons notre nid »
Alors j'ai abandonné ma vie
J'ai essayé d'adopter tes amis
J'ai essayé de coller à tes opinions
Et quand les Ponts se sont gelés
Et que tu n'es pas rentré à la maison
J'ai mis notre flocon de neige
Sous microscope
 
En fin de compte,
Que recherchais-tu vraiment
Et je me demande
Quand est-ce que je vais apprendre
Peut-être que mes désirs
En savaient plus que moi
Et je me demande
Quand est-ce que je vais apprendre
Quand est-ce que je vais apprendre
Je crois que j'ai été plus loin
Que je ne le pensais
Si j'ai assez d'amour
Pour tous les deux
 
C'est si étrange
A présent j'y suis finalement
La fête a commencé
Ce n'est pas comme si je ne pouvais plus te sentir
Mais c'est étrange
Ce que je vais laisser derrière moi
Tu m'appelles encore une fois
Mais maintenant
Il faut que je parte
 
 
CARBON
Carbone
 
Toute de carbone, je l'ai retrouvée
Au bout d'une chaîne
« Il est temps de déguerpir », disait-elle
« De dévaler le flanc de la colline »
 
Derrière les iris cristallins
Les fous peuvent plonger
La où le monde saigne à blanc
 
Garde un œil sur elle
Ne baisse pas les yeux
 
Laisse tes yeux posés
Sur son horizon
 
La Griffe de l'Ours
La Chute Libre
La Vue du Tireur
Noir et bleu
Eparpillé en rubans de Lithium
 
Souffle après souffle
Son esprit
Découpé
En bouts de tissus
En couches
Profondes,
Qui à présent s'effilochent
 
Garde un œil sur elle
Garde-les
Ne baisse pas les yeux
Laisse tes yeux posés sur son horizon
 
Neil, mets-moi dans le droit chemin
Non, je ne peux pas le forcer à lire
 
« La neige
Le verre
Les pommes »
Là où rien ne semble être,
Être ce qu'il est
 
« Petite sœurette
Tu dois en finir »
Me dit-il
« Tu dois réessayer
Celle qui est faite de carbone
Ne demande qu'à s'en défaire
Une lame de glace
C'est l'heure du double diamant
 
Et garde un œil sur elle
Garde-les
Ne baisse pas les yeux
Laisse tes yeux posés sur
Ses yeux sur
Son horizon
Sur ses yeux
Sur son horizon
 
 
CRAZY
Crazy (1)
 
Je ne dis pas
Que je n'ai pas été séduite du tout
Je ne dis pas
Que tu ne valais pas la chute
Mais j'étais toute seule quand
J'ai su que c'était vrai
En bas du canyon
Quand j'ai su que j'étais arrivée
 
A la limite
Au travers de l'aube
A la lumière
Au virage
Quand tu disais -
 
Tu pouvais conduire
Toute la nuit
Conduire toute la nuit
 
Alors j'ai laissé Crazy
Faire un tour
Et j'ai laissé Crazy
S'y installer
J'ai balancé mes chaussures
Fermé ma raison
Il disait : « Dézippe ta religion d'abord ».
 
J'ai découvert
Que j'étais avide de tout
Je me suis vue fondre
Dans ton abri natif
Là où tu as gravé mon nom
Des tigres de papier m'effraient
et je suis arrivée
 
Vivante
Au travers de l'aube
A la lumière
Au virage
Quand tu disais -
 
Tu pouvais conduire toute la nuit
Conduire toute la nuit
 
Alors j'ai laissé Crazy
Faire un tour
Et j'ai laissé Crazy
S'y installer
J'ai balancé mes chaussures
Fermé ma raison
Il disait : « Dézippe ta religion d'abord ».
Alors j'ai laissé Crazy
M'entraîner
Et j'ai laissé Crazy
Faire son petit tour
J'ai balancé mes chaussures
Fermé ma raison
Il disait : « Dézippe ta religion d'abord
J'ai entendu dire qu'autrefois
Tu étais une fille de la tentation ».
 
Et dès que tu auras
Fait de l'ordre dans ta tête
Il se manifestera, semblant en parfaite santé
En parfaite santé
Si je connais Crazy
 
(1) Dans la chanson, Crazy porte une majuscule, et renvoie donc à un prénom. Le terme « crazy » en anglais signifie « fou, folle ».
 
 
WAMPUM PRAYER
La prière wampum (1)
 
Dans notre main
Un vieux, vieux, vieux fil
 
 
Une piste de sang
Et des amens
 
L'avidité est le cadeau
Pour les fils des fils
 
Entend cette prière
Du wampum
 
C'est le lien qui nous unira
 
(1) Un Wampum, ou sewan, est une corde ou une ceinture utilisée par les Amérindiens du Nord-Est américain comme un objet rituel et religieux. Source : Wikipédia
 
 
DON'T MAKE ME COME TO VEGAS
Ne me fais pas venir à Végas
 
Ne me fais pas venir à Végas
Ne me fais par sortir de son lit
Je veille
A ce que ce ne soit pas toi
Qui figure sur le menu
Qu'il sert à ses amis
 
Ne me fais pas venir à Végas
Ne me laisse pas le sortir de ta tête
Athènes attestera
Que ça a pu se faire
Et que ça s'est fait
Et je crois que je suis à la hauteur
 
Et le jacaranda
Me parle des problèmes que tu as
Soit-dit en passant
Elle se penche
Se souvient qu'elle dansait et
Se demandait, tandis que tu te balançais,
Quel genre de femme tu serais
« qui vivra verra »
Au-dessus de mon corps mort
 
Je m'immisce dans ta main
Encore et encore
Je m'immisce dans ta main
Encore et encore
 
Ma vieille flamme était
Un bouffon et un joker
Et une pourvoyeuse d'hommes
On l'appelait le prince
Le prince des Valets Noirs
Et des femmes, et de tout
Ce qui te glissait dans les mains
« Et les ranches, et les Mustangs »
Et la façon dont tu disais
« Tu peux tout avoir,
A part moi – tu vois
Lady Luck (1) est ma maîtresse
Et tu dois passer après ses désirs ».
 
Et le jacaranda
Me dit
Que ce n'est pas encore fini
Soit-dit en passant
Elle se penche
« Si tu passes en coup de vent »
Tu disais « Je sais que c'est toi
Rien qu'au goût sur mes lèvres,
Je parie sur le baiser du désert
Que je pourrais me glisser
Dans ton nid
« Par-dessus mon corps mort »
 
Je m'immisce dans ta main
Encore et encore
Je m'immisce dans ta main
Encore et encore
 
Ne me fais pas venir à Vegas
Ne me fais pas venir à Vegas
Ne me fais pas venir à Vegas
Hmmmm
 
(1) Lady Luck = Dame La Chance
 
 
SWEET SANGRIA
Douce sangria
 
Je sais que tu connais
Chaque desperado
et Tireur d'Elite
De l'Ouest
Tu dis que je ne peux pas
Voir derrière le masque
De ceux qui se surnomment
Les Gentils
Et qui, en cela,
Disent toujours :
« Cette fois, fais le choix
D'être avec moi ou pas ».
 
Des jours cléments
Une douce sangria
Elle est partie
As-tu vu sa señorita
Qui, timidement, s'éloigne
En me laissant notre flamme qui s’essouffle
 
Oui, tu y penses
 
Ce à quoi tu crois aujourd’hui
Nous importe à toi et moi
 
J'adhère à ce que tu crois
Je l'ai dit, j'y crois
Ce à quoi tu crois aujourd’hui
Nous importe à toi et moi
 
Avant le coucher du soleil
Les Mexicains s'en vont
 
San Antone
Puis la voiture va le déposer
A la frontière
Le point de rupture
Je sais
Ton peuple a souffert
Encore et encore
Mais qu'en est-il
Je te le demande à présent
Des innocents des deux camps
 
Des jours cléments
Une douce sangria
Elle est partie
As-tu vu sa señorita
Qui, timidement, s'éloigne
En me laissant notre flamme qui s’essouffle
Oui, tu y penses
 
Ce à quoi tu crois
Toi et moi on s'en préoccupe aujourd’hui
Alors tu ne me donnes aucune fenêtre
Je te le demande
Donne-moi une route dépourvue de sang
Dis-moi
Pourquoi faut-il un perdant ?
 
 
YOUR CLOUD
Ton nuage
 
Là où la rivière se croise,
Le lac traverse
Là où les mots sautent
De mon stylo sur tes pages
Crois-tu que tu peux, juste comme ça,
Couper ça en deux ?
Toi en ce qui t'appartient,
Moi en ce qui m'appartient,
Avant que nous ne formions plus qu'Un
 
Si la pluie doit se séparer d'elle-même
Est-ce qu'elle dit
« Choisis ton nuage » ?
Choisis ton nuage
 
S'il existe une Ligne Horizontale
Qui, de la CARTE,
Traverse ton corps et va tout droit
Vers la Terre en tirant pile dans mon cœur
Est-ce que cette Ligne Horizontale
Une fois posée la question
Saura découvrir
Où tu as fini
Où j'ai commencé
« Choisis ton nuage »
 
Comment la Lumière peut-elle
Jouer et former un anneau
De pluie capable de changer
Des arcs en flèches
(J'ai trouvé un frisson)
 
Nous n'avons pas perdu
Ce que nous étions
Avant d'être Nous
L'indigo, dans son propre Bleu,
Le sait bien
Si la pluie doit se séparer d'elle-même
Est-ce qu'elle dit
« Choisis ton nuage » ?
Choisis ton nuage
 
S'il existe une Ligne Horizontale
Qui, de la CARTE,
Traverse ton corps et va tout droit
Vers la Terre en tirant pile dans mon cœur
Est-ce que cette Ligne Horizontale
Une fois posée la question
Saura découvrir
Où tu as fini
Où j'ai commencé
« Choisis ton nuage »
 
Si la pluie doit se séparer d'elle-même
Est-ce qu'elle dit
Choisis ton nuage
 
 
PANCAKE
Pancake
 
Je ne suis pas sûre de savoir
Qui fourvoie qui
Tandis que je regarde ta décrépitude
Nous savons que tu pourrais dégonfler
Un ouragan de force 7
Il semble que toi et ta tribu
Avez décidé de réécrire la loi
De séparer l'esprit
Du Corps De l’Âme
 
Tu me donnes le tien
Je te donnerai le mien
Car je peux regarder ton Dieu
Droit dans l’œil
Tu me donnes les tiens
Je te donnerai le mien
Tu regardais mon Dieu
Droit dans l'oeil
 
Je crois en la défense
De ce que nous tolérions autrefois
Être homo
Misogyne Homophobe
Semble être à la mode
 
Un changement de trajectoire
Dans notre direction
Un éclair de vérité
Qui se répand finement
Tel un drapeau
Sur une pop star
Sur de la Benzodiapine
 
Tu me donnes le tien
Je te donnerai le mien
Car je peux regarder ton Dieu
Droit dans l’œil
Tu me donnes les tiens/les tiennes
Je te donnerai le mien/la mienne
Tu regardais mon Dieu
Droit dans l’œil
 
Oh, Zion, s'il te plaît
Enlève ton gant
Et dissipe toutes les traces
De son monde Parlé
Qui s'est logé
Dans mon vortex
 
Je ne suis pas sûre de savoir
Qui fourvoie qui
Tandis que je regarde ta décrépitude
Nous savons que tu pourrais dégonfler
Un ouragan de force 7
Tu aurais pu l'épargner – oh mais non
Les Messies ont besoin
Que des gens meurent en leur nom
Tu aurais pu l'épargner – oh mais non
Les Messies ont besoin
Que des gens meurent en leur nom
Tu dis « Je t'ai commandé un pancake »
Tu dis « Je t'ai commandé un pancake »
 
 
I CAN'T SEE NEW YORK
Je ne vois pas New-York
 
D'ici
Aucune ligne ne se profile
D'ici
Aucune terre n'est possédée
13,000 (1) et la Finance
Engloutis
Dans le ronronnement
De ses moteurs
Suivant la piste de mon Beakon (2)
« Y-a-t-il un signal là-bas
De l'autre côté ? »
« Y-a-t-il un signal là-bas
De l'autre côté ? »
 
Que veux-tu dire
De l'autre côté
De quoi ?
 
Et tu disais
Oui, c'est ce que tu disais
Et tu disais
Que tu me retrouverais
Ici et tu disais que tu me retrouverais
Même dans la Mort
Et tu disais
Et tu disais
Que tu me retrouverais
Mais
Mais je ne vois pas New-York
Tandis que je descends en tourbillonnant
Dans un nuage blanc
Qui retombe
Et
Je sais que ses lèvres sont tièdes
Mais je crois que je ne trouve
Pas d'issue
Mon issue
 
Mais je ne vois pas New-York
Tandis que je descends en tourbillonnant
Dans un nuage blanc
Qui retombe
Et
Je sais que ses lèvres sont tièdes
Mais je crois que je ne trouve
Pas d'issue
L'issue de ce terrain de Chasse
 
D'ici,
Le cristal meth dans des mètres de millions
Finalement,
Nous ce qui nous reste,
C'est un plan des âmes.
Nous sommes-nous perdus ?
Est-ce qu'on entreprend des recherches pour ça ?
 
« De l'autre côté »
De l'autre côté ?
Que veulent-ils dire,
L'autre côté de quoi ….....
 
Et tu disais
Oui, c'est ce que tu disais
Et tu disais
Que tu me retrouverais
Ici et tu disais que tu me retrouverais
Même dans la Mort
Et tu disais
Et tu disais
Que tu me retrouverais
Mais ….
 
Mais je ne vois pas New-York
Tandis que je descends en tourbillonnant
Dans un nuage blanc
Qui retombe
Et
Je sais que ses lèvres sont tièdes
Mais je crois que je ne trouve
Pas d'issue
Mais je ne vois pas New-York
Tandis que je descends en tourbillonnant
Dans un nuage blanc
Qui retombe
Et
Je sais que ses lèvres sont tièdes
Mais je crois que je ne trouve
Pas d'issue
L'issue de ton terrain de Chasse
 
Encore toi
C'est encore toi
Je ne vois pas
Je ne vois pas New-York
De l'autre côté
De l'autre côté
 
Je fredonne
De l'autre côté
 
(1) 13 000 square feet = 1200m2
(2) Beakon = système de repérage de survivants après une catastrophe
 
 
MS. JESUS
Madame Jésus
 
Des lignes de vie et
Des délits de suicides
Il m'a découverte dans un état
M'a dérobé mon porte-monnaie
Et est parti avec Mme. Jésus
« Comment vas-tu ? »
J'ai fait une croisière,
Une bonne trouvaille,
Mais, en quelque sorte,
Je ne pense pas que
Ça a rendu les choses plus faciles
 
Toi qui marches sur l'eau
As mordu, de loin mon préféré.
Mais à présent il semble
Que l'on se noie
Dans une goutte d'eau
Amour
Et alors même que
Je monte les escaliers
Je sais que là-bas, se trouve le Paradis
Et puis des bras vides qui arrivent
Avec l'étoile du matin
 
Eh bien …
J'ai fait mon lit
De roses coupées
En comprenant
Que la cause
Provient tout d'abord de
Mme. Jésus
 
Le Gospel change le sens
Selon que tu suives John ou Paul
Et as-tu déjà été capable
De te dire Ainsi-soit-il (1)
Tout est Marie (1)
Et alors même que
Je monte les escaliers
 
Je sais que là-bas, se trouve le Paradis
Et puis des bras vides qui arrivent
Avec l'étoile du matin
Bon … des lignes de vies et des délits de suicides
Tous les jours il se passe quelque chose
Et il existe toujours quelqu'un
Pour mettre en pages ma Mme. Jésus
 
Toi qui marches sur l'eau
As mordu, de loin mon préféré.
Mais à présent il semble
Que l'on se noie
Dans une goutte d'eau
Amour
Et alors même que
Je monte les escaliers
Je sais que là-bas, se trouve le Paradis
Et puis des bras vides qui arrivent
Avec l'étoile du matin
 
Alors si tu prends les Jones
Au carrefour
Les personnages sont très sympas
Si tu es mon chemin
Laisse-moi t'aimer
Mme. Jésus
 
(1) Ainsi-soit-il : dans la chanson, Tori dit « Let It Be », référence au titre culte des Beattles, renforcée par l'allusion à John et Paul ; en réalité, toute la phrase détient ici un double sens, puisque John et Paul peuvent tout aussi bien désigner des Saints. Dans ce cas, l'expression Let It Be (ainsi-soit-il) peut avoir une connotation religieuse, qui collerait au titre de la chanson (Ms Jésus). Il est probable que Ms Jésus désigne une personne réelle, que Tori ne souhaite pas nommément désigner. .
 
 
TAXI RIDE
Un trajet en taxi
 
Lily danse sur la table
On nous a tous poussé trop loin
Je suppose que, des jours comme ceux-là,
Tu reconnais tes vrais amis
Ce n'est qu'un pédé de plus mort/qu'un mégot de plus mort (1)
Pour toi, c'est tout
Juste une lumière en moins
Pour un long trajet en taxi
Trajet en taxi
 
Et je m'adonne
A ta dernière cigarette et
A cette connerie de « Nous ne faisons qu'un »
Tandis que tu envahis
Cette chose que tu appelles « l'amour »
Elle sourit beaucoup trop mais
Je suis heureuse que tu sois
A mes côtés, c'est certain
Je suis pourtant heureuse que tu sois
A mes côtés
 
Tu crois mériter un fonds de placement
Juste parce-que tu en as envie
Oui, tu en fais des discours
Quand tu en as besoin
Je crains
Que le monde entier ne commence
A te croire
Ce n'est qu'un pédé de plus mort/qu'un mégot de plus mort (1)
Pour toi, c'est tout
Juste une lumière en moins
Pour un long trajet en taxi
Trajet en taxi
 
Et je m'adonne
A ta dernière cigarette et
A cette connerie de « Nous ne faisons qu'un »
Tandis que tu envahis
Cette chose que tu appelles « l'amour »
Elle sourit beaucoup trop mais
Je suis heureuse que tu sois
A mes côtés, c'est sûr
Je suis pourtant heureuse que tu sois
A mes côtés
 
Lily danse sur la table
On nous a tous poussé trop loin
Même une salope glamour
Peut être dans le besoin
C'est là où tu reconnais
Le miel
Des abeilles tueuses
Et je suis heureuse que tu sois
A mes côtés, c'est certain
Je suis heureuse que tu sois
A mes côtés, c'est certain
Je suis pourtant heureuse que tu sois
A mes côtés
 
J'ai fait un long trajet en taxi
J'ai fait un long trajet en taxi
 
(1) Pédé (terme volontairement argotique utilisé ici) ou mégot, les deux sens sont possibles ici
 
 
ANOTHER GIRL'S PARADISE
Le paradis d'une autre fille
 
Tu m'as surprise
En train de traîner
Dans le paradis d'une autre
La façon dont elle peint le monde
C'est ce que je veux pour ma vie
 
Les émeraudes, tu devrais le savoir
Se louent dans le pré
D'un coup
La beauté vit
Comment pourrais-je résister
Tu es le Désir
 
Quand tout est dit
Dit et fait
Qui peut t'aimer et rester encore debout ?
Mary en appelle à l'orage
Puis-je te prendre des choses
Sans rester dévêtue comme le jour ?
Le gemme le suit
Est-ce que tout se réduit
A une chose que craint une fille ?
Dans la nuit
Existe le paradis d'une autre
 
Par des tours et des détours
Jasmine m'a traquée
Jusqu'à son bosquet
Les bras remplis de
Honeybells, de St Michaels
Et de Sanford Bloods (1)
« Tu es parvenue à découvrir
Ce que tu veux »
Ce que je veux, c'est ne pas vouloir
Ce qui ne m'appartient pas
« Mais je suis le Désir »
 
Quand tout est dit
Dit et fait
Qui peut t'aimer et rester encore debout ?
Mary en appelle à l'orage
Puis-je te prendre des choses
Sans rester dévêtue comme le jour ?
Le gemme le suit
Est-ce que tout se réduit
A une chose que craint une fille ?
Dans la nuit
Existe le paradis d'une autre
 
Est-ce que tout se réduit
A une chose que craint une fille ?
Dans la nuit
C'est le paradis
C'est le paradis
D'une autre
 
1 – Noms de fleurs
 
 
SCARLET'S WALK
La promenade de Scarlet
 
Si tu es une pensée
Tu voudras que
Je te pense
Et je l'ai fait
 
J'ai invité un Hôte
Jusqu'à ce que tu annonces
Que tu avais emménagé
« Que projettes-tu de faire
Avec toute ta liberté ? »
Disait le nouveau shérif.
Pas peu fier de son insigne
« Tu dois admettre
Que le Pays est à présent
En de bonnes mains ».
 
Oui, le temps dira que
Tu soulèves ta lanterne
 
Je la suivrai
Sur son chemin
La promenade de Scarlet
A travers les violettes
Dis à tes Dieux que pour moi
Les dettes sont apurées cette année
Ils sont libres de partir
Oui, ils sont libres de partir
 
De quitter la terra
De quitter la terra
 
Il fut un temps
Où je croyais que sa Destinée
Aurait du m'appartenir
La Grande Nation Courageuse
Mais, au lieu de cela, sa médecine
Est à présent oubliée
 
« Que projettes-tu de faire
Avec toutes tes histoires ? »
Disait le nouveau shérif,
Pas peu fier de son insigne
Nous les tisserons à travers
Chaque éclat rouge de fusée
et les masses amassées.
Soulève juste ta lanterne
 
Je la suivrai
Sur son chemin
La promenade de Scarlet
A travers les violettes
Dis à tes Dieux que pour moi
Les dettes sont apurées cette année
Ils sont libres de partir
Oui, ils sont libres de partir
 
De quitter la terra
De quitter la terra
 
Si tu es une pensée
Tu voudras que
Je te pense
Et je l'ai fait
Et je l'ai fait
 
 
VIRGINIA
Virginie
 
Dans les collines luxuriantes
De la Virginie
Ils l'ont gardée aussi longtemps
Qu'ils le pouvaient
Car ils savaient quand
Le frère blanc découvrirait
Les chapelets de coquillages blancs
Enroulés autour de sa peau
  • Une rivière qui donne la vie -
Son corps sera ouvert
Tout comme sa main
Et, avec un « au revoir »
Elle s'en ira
 
Elle pourrait trahir
Tout ce qu'elle aime
Et même attendre
La venue de leur Saveur
Et, d'une certaine manière,
Peut-être aura-t-il raison,
Mais, comme toujours,
La chose qu'il aime,
Qui tourne dans le sens du soleil,
Il la fera tourner dans le sens des aiguilles d'une montre
Jusqu'à vendre son âme
Elle étendra pourtant son corps
Pour le protéger
Quand même
 
Alors des siècles passent
(la Route Rouge est coupée à la Pointe du Couteau)
C'est une fille
Qui fait son métier
Et elle se perd
Un peu plus chaque jour
Dans les proxénètes des ghettos
Et les chefs
Qui essaient de faire jaillir
Ses serpents de turquoise
Elle ne se rappelle pas
Qui ils sont
Et si tu lui poses la question
Elle ne pourra pas te répondre
 
Elle pourrait trahir
Tout ce qu'elle aime
Et même attendre
La venue de leur Saveur
Et, d'une certaine manière,
Peut-être aura-t-il raison,
Mais, comme toujours,
La chose qu'il aime,
Qui tourne dans le sens du soleil
Il la fera tourner dans le sens des aiguilles d'une montre
Jusqu'à vendre son âme
Elle étendra pourtant son corps
Pour le protéger
Quand même
Oh, Virginie,
Te souviens-tu
Du temps où cette Terre
Tenait ta main
Oh, Virginie,
Elle te laissera revenir
Oh, Virginie,
Tu ne te souviens pas
De ton nom
 
 
GOLD DUST
Poussière d'or
 
Des vues et des sons
Me ramènent
A une autre année
 
J'étais ici
J'étais ici
 
En passant comme des éclairs
Devant le bassin aux milles reflets,
Toi et moi
Faisant l'école buissonnière
 
Et nous comprenons,
Au fur et à mesure qu'on avance
Et nous comprenons,
Au fur et à mesure qu'on avance
 
Tu disais :
Tu viens de Langley
En me poussant sous
Une tonnelle de fleurs de cerisier
Est-ce que j'en ai
Bien sûr que j'en ai,
Sous mon imperméable,
J'ai des photographies de toi.
Et le soleil sur ton visage
J'en fais un arrêt sur image.
 
Et, quelque part, Alfie pleure
Et dit : « Profite de chacun de ses sourires
Tu peux voir dans le noir
A travers les yeux de Laura Mars »
Comment cela a-t-il pu aller si vite ?
C'est ce que tu diras
Quand nous regarderons en arrière
Et que nous comprendrons alors
Que dans nos mains
Nous tenions de la poussière d'or
 
Des vues et des sons
Me ramènent
A une autre année
 
J'étais ici
J'étais ici
 
Les lampadaires brillent dans la nuit
(Faisant clignoter le passé)
Le crépuscule nous tenait
Dans sa main
Tandis qu'on avançait au fur et à mesure
 
En laissant des noms
En suspension dans l'air
Quelle couleur de cheveux
( Rouge auburn)
L'automne, en connaissance de cause,
Nous fixait
Et le jour où elle est venue
J'en fais un arrêt sur image
J'en fais un arrêt sur image
 
Et, quelque part, Alfie pleure
Et dit : « Profite de chacun de ses sourires
Tu peux voir dans le noir
A travers les yeux de Laura Mars »
Comment cela a-t-il pu aller si vite ?
C'est ce que tu diras
Quand nous regarderons en arrière
Et nous comprendrons alors
Que dans nos mains
Nous tenions de la poussière d'or
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Bookmark and Share
 
 
image logo lien vers page Facebook site traductions2chansons.wifeo.com
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

Afficher la suite de cette page
 
 



Créer un site
Créer un site