Traductions2chansons.fr
Album Radio Kaos


Bookmark and Share




 
image logo lien vers page Facebook site traductions2chansons.wifeo.com


Les titres

Radio waves  Who Needs Information Me or Him  The powers that Be  Sunset Trip  Home  Four Minutes  The Tide Is Turning (after Live Aid) 

RADIO WAVES
Ondes radio

Jim : K.A.O.S Vous et moi écoutons KAOS à Los Angeles. Allons voir maintenant ce qui se passe côté téléphone et prenons un appel.
Billy : Salut, je m'appelle Billy.
Jim : Oui ?
Billy : J'entends des ondes radio dans ma tête.
Jim : Vous entendez des ondes radio dans votre tête ? Ah ! Avez-vous une requête à formuler ce soir sur KAOS ?


Ondes radio, ondes radio.
Il entend des ondes radio, des ondes radio.
L'atmosphère est ténu et froid
Le soleil jaune dépérit
La couche d'ozone est submergée d'ondes radio.
AM, FM, météo et infos
Nos dirigeants confrontent leurs points de vue
Vous vous sentez confus ? Ondes radio.

Ondes radio, ondes radio.
Ondes radio AM, ondes radio FM
Ondes radio, ondes radio qui paralysent l'esprit
Ondes radio, appâts à poissons
Ondes radio.

Magic Billy est dans son fauteuil roulant
Il capte tout ce bazar dans l'air
Billy affronte l'extérieur
Les messages des étoiles lointaines
La police locale qui appelle à toutes les voitures, ondes radio.

Entend-les, les ondes radio, les ondes radio
Jésus sauve la radio, les ondes radio
Ondes radio, ondes radio AM, ondes radio FM
Elles sont toutes là, les ondes radio

Ondes radio, ondes radio, il entend les ondes radio
Ondes radio, ondes radio, ondes radio pleines d'espoir, ondes radio pleines de dope
Ondes radio, ondes radio russes, ondes radio prusses
Ondes radio de l'Est, ondes radio de l'Ouest
Ondes radio-test, un deux. Un deux.
Ondes radio. Qui te pénètrent.
Davantage d'ondes radio codées, ondes radio de Tobacco Road
Ondes radio du sud à Paloma, ondes radio d'Oklahoma City
Ondes radio qui tiennent le bon bout, ondes radio de la dure réalité
Ondes radio.

Jim : OK, cette chanson s'intitule « Ondes radio ». Vous écoutez KAOS à Los Angeles et nous avons Billy en ligne.

 

WHO NEEDS INFORMATION
Qui a  besoin de savoir

Billy : Je viens des Vallées
Jim : Tu viens de la vallée ?
Billy : Mais, non, Jim, t'es vraiment nul, de la région des Vallées.
Jim : Ah, tu viens du Pays de Galles ! T'as éjaculé ou t'as le bout du zizi serré ?
Billy, Ah, ah, ah, ah. Très drôle Jim.
Jim : Pardon.
Billy : Moi et Benny sommes sortis.
Jim : Qui est Benny ?


Moi et Benny sommes sortis la nuit dernière
On cherchait à se distraire
Et à siroter quelques bières au coucher du soleil
En attendant le lever du jour
Benny pointa du doigt un magasin de Hi-fi
Et m'a dit :"Eh, mec, regarde tout ce qu'ils ont
Comment pourrait-on faire d'un pauvre un nanti ?"
Hmmmmmm.

Qui a  besoin de savoir
Quand on travaille au noir
Que l'on me confirme juste
Que l'on pourrait gagner des millions.

Benny est monté sur une passerelle
Et tituba sur le parapet.
Il m'a demandé : "Tu vois le blanc de leurs phares
Ils ne sont pas encore là ?"

Qui a  besoin de savoir
A cette hauteur du sol
Que l'on me confirme juste
Qu'il y a une issue quelque part

Une issue quelque part
Une issue quelque part
Une issue quelque part
Quelque part

Une issue quelque part
Une issue quelque part
Une issue quelque part

Benny a soulevé un parpaing
Et a essayé de le lancer
Son geste est resté suspendu à une larme
Moi et Benny sommes donc rentrés chez nous.

Qui a besoin de savoir
Quand on vit dans la peur permanente
Que l'on me confirme juste
Qu'il y a une issue quelque part

Une issue quelque part
Une issue quelque part
Une issue quelque part
Quelque part

Une issue quelque part
Une issue quelque part
Une issue quelque part

Qui a besoin de savoir
Quand on vit constamment à crédit
Que l'on me confirme juste
Que, cette fois, quelqu'un en sortira gagnant.

Qui a besoin de savoir
Quand on travaille au noir
Que l'on me confirme juste
Que l'on pourrait gagner des millions.
Pourquoi ce besoin de savoir
A cette hauteur du sol
Que l'on me confirme juste
Qu'il y a une issue quelque part

Jim : Um.
Jim allume une cigarette.
Jim : Alors, ton frère est en prison ?

 

ME OR HIM
Moi ou lui

Tu te lèves le matin, vas aux toilettes (1)
Te demandes pourquoi le soleil  réchauffe la pierre
Tu dessines sur les murs, tu manges, tu te couches
Tu revisites le passé.

Et puis un cinglé inventa la roue
Ecoute crisser les pneus à flancs blancs
Tu passes toute ta journée à chercher une place de parking
Rien pour le cœur, rien pour le pot.

Benny a tourné le bouton de sa radio à Ondes Courtes
Oh, il avait tant envie de parler à des gens,
Il voulait son propre spectacle.
Capter Moscou. Capter New York.
Ecoute bavarder les gosses gallois
Qui communiquent comme au bon vieux temps.

Pardonnez-moi mon père car j'ai péché
C'était moi ou lui
Et une voix m'a dit "Benny
Tu as tout foutu en l'air
Benny ton heure est venue
Ton heure est venue".

Benny a tourné le bouton de sa radio à Ondes Courtes
Oh, il avait tant envie de parler à des gens,
Il voulait son propre spectacle.
Capter Moscou. Capter New York.
Ecoute bavarder les gosses gallois
Qui communiquent comme au bon vieux temps.

Pardonnez-moi mon père

Le policier gallois : Mobile un-deux au Central

Car j'ai péché

Le policier gallois : il y a un multiple sur l'A465 entre Cwmbran et Cylgoch

Père c'était moi ou lui
Père, pouvons-nous remonter le temps ?

Le policier gallois : Ambulance, terminé.

Je ne voulais pas jeter ce bloc de béton.

Le policier gallois : Roger au central, terminé, on plie.

Benny a tourné le bouton de sa radio à Ondes Courtes
Oh, il avait tant envie de parler à des gens,
Il voulait son propre spectacle.
Capter Moscou. Capter New York.
Ecoute bavarder les gosses gallois
Qui communiquent comme au bon vieux temps.
L'animateur radio : pensez-vous vraiment que les terroristes iraniens auraient pris des américains en otage si Ronald Reagan était président ? Pensez-vous vraiment que les russes auraient envahi l'Afghanistan si Ronald Reagan était président ? Pensez-vous vraiment que des dictateurs militaires de troisième rang auraient ri au nez de l'Amérique et brûlé notre drapeau par mépris si Ronald Reagan était président ?

Un citoyen intéressé : oui, pourquoi pas !

L'otage : en tant que groupe, nous en appelons ardemment au Président Reagan et à nos compatriotes américains pour empêcher tout type d'attaque militaire ou toute sorte de violence, destiné à préserver notre liberté, même pour des raisons nobles ou héroïques.    

Un citoyen intéressé : Tout à fait ! C'est juste que cela pourrait se révéler assez dangereux pour vous, Cassidy.

Le sous-fifre zélé de Hoppy : je crois que vous ne connaissez pas Hopalong Cassidy, Monsieur. L'aventure est son pain quotidien, il fait de l'excitation son beurre et son danger, pour lui, c'est comme étaler de la confiture de fraises sur du pain.

Jim : Voici de la musique rock en direct sur KAOS, où le rock sort du chaos et une chanson intitulée "Les pouvoirs en place".

(1) Littéralement, la traduction de la phrase est "tu as quelque chose pour le pot". On peut supposer que le pot désigne ici les toilettes, vu le contexte.
 

THE POWERS TO BE
Les pouvoirs en place

Les pouvoirs en place
Aiment bien un match difficile
Sans aucune règle
Ou tu gagnes, ou tu perds
La concurrence t'es favorable
Ils meurent pour leur liberté
C'est ça, les pouvoirs en place
Ils aiment bien la cadillac à l'épreuve des bombes
L'air climatisé, les robinets en or,
Le ratelier à fusils sur la banquette arrière,
Les enjoliveurs en platine
Ils piquent les chevaux pour les courses
Ce sont les puissances mercantiles
Belle voiture, Jack
Ils aiment bien l'ordre, le maquillage, les projecteurs
Les émissions de jeux, les rodéos, les guerres des étoiles, la télé
C'est ça, les pouvoirs en place
Quand tu les vois arriver,
Mieux vaut rentrer chez soi en courant

Mieux vaut déguerpir - déguerpir
Mieux vaut se réfugier chez soi
Soeurs de la Charité, mieux vaut rejoindre vos frères
Mettre fin immédiatement à ce feuilleton
On dit que les édentés sont impitoyables
Rentre chez toi avant qu'il ne soit trop tard
Mieux vaut déguerpir - déguerpir
Mieux vaut se réfugier chez soi

Les pouvoirs en place
Ils aiment les plaisirs, les coups-bas, la carotte et le bâton
Aiment la peur et l'aversion, ils aiment la peau de mouton
Et les fourgonnettes maquillées

Fourgonnettes maquillées,  contingences
Ils aiment bien la mort ou la gloire, une belle histoire, ils adorent
Une belle histoire, ils adorent

Soeurs de la Charité, mieux vaut rejoindre vos frères
Mettre fin immédiatement à feuilleton
On dit que les édentés sont impitoyables
Rentre chez toi avant qu'il ne soit trop tard
Mieux vaut déguerpir - déguerpir
Mieux vaut se réfugier chez soi


Billy : Bonsoir, Jim.

Jim : Bonsoir, Billy.

Le danois d'Oncle David : Wouaf ! Wouaf ! Wouaf !

Le canyon – de jour. Billy joue avec le Danois du grand oncle David.

Paraquat Kelly : Des chabots, trois perches rouges, une perche rose et votre poisson-tuyau des tranchées de la côte Pacifique.

Cynthia Fox : Ohhh ! D'après les infos du joyeux club clandestin de Sky David, (...)(1) , vingt-trois perches mauves quatre requins-marteau, et, surprise ! Quatre-vingt-huit crabes, et aucune perche rouge.

Paraquat Kelly : Eh ! Et nous le ferons en musique pour le retour triomphant du rapport de pêche.

Jim : Pour nous, il s'agit d'une rue principale, mais pour le reste du pays c'est Sunset Strip. Vous écoutez KAOS à Los Angeles.

(1) Passage incompréhensible, qui parle de console, de la lotte (poisson), et de "giggle stick" qui signifie en argot "pétard".....

 

Retour titres album

 

SUNSET TRIP

Sunset trip

 

J'aime bien passer du temps avec mon oncle Dave

Et j'aime bien jouer avec son danois

Mais cela ne me convient pas

Je me sens comme un extraterrestre et un étranger

Comme si j'étais hors des clous

 

J'aime bien me promener dans la voiture de mon oncle

Descendre vers la plage où paradent toutes les jolies filles

Et où s'amusent les stars de cinéma et où les paparazzi jouent

Au jeu du sable qui cingle le visage, à la Charles Atlas

 

Et je suis assis dans le canyon dos à la mer

Il y a un dragon rouge sang dans un pré

Qui me rappelle

 

Qui me rappelle vers les Collines Noires

Ooh, ooh, Billy, rentre chez toi

 

Billy recherche sa terre natale

En tournant dans sa tête le bouton des stations

En décrochant le combiné ….............. et

Une voix de chœur masculine sur les ondes courtes

 

Billy tape le numéro de Jim sur le téléphone

Assis, tout tremblant, en attendant que Jim réponde

Allez, mon ami, parle-moi, je t'en prie

La terre de mes pères m'appelle

Et je suis assis dans le canyon dos à la mer

Il y a un dragon rouge sang dans un pré

Qui me rappelle, me rappelle vers les Collines Vertes

Ooh, ooh, Billy rentre chez toi

 

Rentre chez toi

Il est assis dans le canyon dos à la mer

Il voit un dragon rouge sang dans un pré

Il entend une voix de chœur masculine qui chante Billy rentre chez toi

Billy, Billy, rentre chez toi

Rentre chez toi


L'affreux jojo californien : je n'aime pas le poisson.

Jim : Vous écoutez KAOS, à Los Angeles.

L'affreux jojo californien : je n'aime pas le poisson.

Jim, : Oui, on a bien compris. Ah ! Avez-vous une demande particulière ?

L'affreux jojo californien : le coquillage, le guppy, le saumon, la crevette et le crabe et le homard, le flet.

Je déteste le poisson, mais je pense que je déteste plus que tout le poisson frais, comme la truite.

Je déteste la truite fraiche. Celui que je déteste le moins, mon préféré, serait peut-être la sole.

Car on ne voit pas ses yeux. La sole n'a pas d'yeux.

Jim : Oh, non !

Je serais mieux chez moi avec mon singe et mon chien.

Jim : Merci.

Je serais mieux chez moi avec mon singe et mon chien.

Je serais mieux chez moi avec mon singe et mon chien.

Je serais mieux chez moi avec mon singe...

Jim : ils s'en foutent. Ferme-la. Passons un disque.


Retour titres album

 

HOME

Sa maison

Jim : Oh, mon Dieu !
L'affreux jojo californien : la sole n'a pas d'yeux.


Que ce soit à Jérusalem, ou que ce soit au Caire
Que ce soit à Berlin, ou que ce soit à Prague
Que ce soit à Moscou, que ce soit à New-York
Que ce soit à Llanelli, ou que ce soit à Warrington
Que ce soit à Moscou, et que ce soit à Moose Jaw
Que ce soit à Rome
Tout le monde a quelque part un endroit qu'il appelle sa maison

Lorsqu'ils font main basse sur les défenses
Une invasion mineure génère toujours des dépenses
Te rendras-tu en salle d'attente de l'aéroport ?
Accepteras-tu ton statut de seconde classe
Une nation de serveuses et de serveurs ?
Mélangeras-tu leurs martinis ?
Resteras-tu impassible ?
Ou grimperas-tu les sommets ?

Qu'il soit fait d'argile ou de sable
Que ce soit le désert
Que ce soit un lopin de terre arable
Que ce soit une maison, que ce soit le magasin du coin
Que ce soit une cabane près du coude d'une rivière
Que ce soit un objet que ton vieil homme t'a léguée
Que ce soit quelque chose contruit de tes mains
Tout le monde a un endroit qu'il appelle sa maison

Quand les cowboys et les arabes se disputeront
à midi
Dans la fraicheur poussièreuse de la salle de réunion
Resteras-tu le spectateur passif
Des dictateurs du marché ?
Te retireras-tu discrètement,
L'oreille collée à la porte de la salle de réunion ?
Entendras-tu le lion rugir en toi ?
Grimperas-tu les sommets ?

Accepteras-tu, accepteras-tu tout ceci ?
Entendras-tu, ohhhhhh !  entendras-tu le lion rugir en toi ?

Ce peut être ton père, et ce peut être ta mère
Ce peut être ta soeur, ce peut être ton frère
Ce peut être un étranger, peut être un turc
Ce peut être un cycliste, sorti chercher du travail, Norman
Ce peut être le roi, peut être l'Aga Khan
Ce peut être un vétéran du Vietnam, sans bras, ni jambes
Ce peut être un saint, peut être un pécheur
Ce peut être un perdant ou ce peut être un gagnant
Ce peut être un banquier, peut être un boulanger
Ce peut être un Laker, peut être Kareem Abdul Jabar
Ce peut être un choriste masculin
Ce peut être un amant, peut être un combattant
Ce peut être un super poids-lourd, ou ce peut être
quelque chose de plus léger
Ce peut être un infirme, peut être un monstre
Ce peut être un rital, un chinetoque, un taré
Ce peut être un flic, peut être un voleur
Ce peut être une famille de dix personnes vivant dans une seule pièce grâce aux aides sociales
Ce peut être nos dirigeants dans leur tombes de ciment
Munis de leur nourriture apertisée et leurs cuillères d'argent
Ce peut être le pilote avec Dieu à ses côtés
Ce peut être le gamin au milieu d'un paysage de bombes
Ce peut être un fanatique, peut être un terroriste
Ce peut être un dentiste, peut être un psychiatre
Ce peut être un humble, peut être un fier
Ce peut être un visage dans la foule
Ce peut être le soldat en cravate blanche
Qui tourne la clé en dépit du fait
Que c'est la fin du chat et de la souris
Qui habitaient dans la maison
Où le plaisantin a sonné et où les larmes se déversaient
La maison que Jack a bâtie
Pan, pan, feu, feu !
Le pouce ganté de blanc, Seigneur, que votre volonté
soit faite
Sa mère disait qu'il a toujours été un bon garçon
Quand il sera grand, il fera son devoir, ouais
Tout le monde a un endroit qu'il appelle sa maison.


Retour titres album


FOUR MINUTES
Quatre minutes

Billy : Quatre minutes et c'est le compte à rebours.
Jim : OK.
Billy : Ils ont appuyé sur le bouton, Jim.
Jim : Ils ont appuyé sur le bouton Billy, quel bouton ?
Billy : Le gros bouton rouge.
Jim : Tu veux dire LE bouton ?
Billy : Au revoir, Jim.
Jim : Au revoir ! Oh, oui ! Ce n'est pas au revoir(1), c'est bye, bye ! Ha ! Ha !
Jim : Ici Radio KAOS. C'est une douce et belle journée d'été du sud de la Californie. Il fait 26 degrés .. J'ai dit douce, j'aurais pu dire bombée (2)... Ha ! Ha !! OK.
C'est Jim sur radio KAOS et il ne nous reste plus que quatre minutes, rentabilisons-les du mieux possible.
Molly : Tout le monde a un endroit qu'il appelle sa maison.
Jim : Allons du côté du Dodger Stadium.
C'est le début de la septième période, les Dodgers mènent par trois à zéro contre les Giants,
et pour ceux qui comptaient aller surfer demain, dommage.
Jiim : Je suis un peu perdu, pour tout vous avouer...
OK. Bon. Mesdames et Messieurs, si les infos que j'ai sont correctes, ce devrait être ça.
Billy, si tu m'écoutes, s'il te plaît, appelle-moi maintenant.


Après avoir failli s'être crashé
Tu jures de ne plus jamais prendre l'avion
Après le premier baiser qui suit une dispute
Tu jures de ne plus jamais rompre
Et quand tu viens juste de griller un feu rouge
Assis, tout tremblant, sous les réverbères
Tu te promets de ne plus jamais boire et conduire.
(Parfois j'ai l'impression de rentrer chez moi)
Tu te promets de ne plus jamais laisser passer les choses
(Parfois je regrette la pluie et la neige)
Et tu ne bafoueras plus jamais la ligne du parti
(Et quand souffle le vent d'est
Parfois j'ai l'impression de rentrer chez moi).

Jim : Billy, si tu écoutes, appelle, s'il te plaît.

L'affreux jojo californien : La sole n'a pas d'yeux.
Molly : Au revoir, petit espion du ciel.
On dit que les caméras ne mentent pas.
Suis-je heureuse, suis-je triste, suis-je quelqu'un de bien, suis-je méchante ?

Jim : Billy, si tu écoutes, appelle, s'il te plaît.


L'affreux jojo californien : La sole n'a pas d'yeux. La sole n'a pas d'yeux.

Billy : Dix, neuf, huit, sept,


Margaret Thatcher : Notre propre force nucléaire de dissuasion indépendante a servi à maintenir la paix...

Billy : Six, cinq, quatre, trois,

Une personne lambda : ... tu as un travail...

Billy : Deux, un,

Margaret Thatcher : Pendant presque quarante ans.


Jim : Au revoir Billy.

(1)= Au revoir = en français dans le texte
(2) Jeu de prononciation entre le terme "balmy" utilisé dans le texte et celui de "Bomby" de "bomb", également utilisé dans le texte original

 

THE TIDE IS TURNING (AFTER LIVE AID)
Le courant s'inverse (après le Live Aid)

 

Avant, je pensais que le monde était plat

J'ai rarement jeté mon chapeau dans la foule

J'avais l'impression d'avoir épuisé mon quota d'envies

Avant, je veillai sur les enfants le soir

Dans la lueur de leur lampe Donald Duck

Et je me faisais peur à la pensée de voir mes petits brûler

Mais, oh, oh, oh, le courant s'inverse

Le courant s'inverse.

 

Un satellite bourdonne dans la nuit sans fin

Il sert uniquement à photographier la lune et à se disputer des titres mondiaux

Jésus Christ ! Imagine ce qu'il doit y avoir à gagner !

Qui est le plus fort, qui est le meilleur

Qui détient les dés, l'Est ou l'Ouest

Voici les conneries que nos enfants apprennent.

Mais, oh, oh, le courant s'inverse.

 

A présent le satellite est brouillé

Car, samedi soir,

Les ondes étaient pleines de compassion et de lumière

Et son cœur de silicone s'est réchauffé

A la vue de milliards de bougies allumées.

Oh, oh, oh, le courant s'inverse

Oh, oh, oh, le courant s'inverse

Le courant s'inverse Billy.

 

Je ne dis pas que la bataille est gagnée

Mais, samedi soir, tous ces gamins, au soleil

Ont arraché l'épée de la technologie des mains des Seigneurs de la Guerre

Oh, oh, oh, le courant s'inverse

Le courant s'inverse, Sylvestre.

Le courant s'inverse.

Retour titres album
 

 

Bookmark and Share

Les titres

Radio waves  Who Needs Information Me or Him  The powers that Be  Sunset Trip  Home  Four Minutes  The Tide Is Turning (after Live Aid) 





 

image logo lien vers page Facebook site traductions2chansons.wifeo.com

 

Afficher la suite de cette page
 
 



Créer un site
Créer un site