Traductions2chansons.fr

Album Londinium Photo album Londinium de Archive

Bookmark and Share
                        image logo lien vers page Facebook site traductions2chansons.wifeo.com

Les titres


Old Artist  All Time  So Few Words   Headspace  Dark Room  Londinium  Man-Made

Avertissement : les paroles de cet album comporte des tournures de phrases qui rendent la traduction difficile. Les phrases entre parenthèses sont retranscrites dans leur forme originale et ne sont ici pas traduites. La traduction de cet album dans son ensemble peut comporter des erreurs. Amis lecteurs, veuillez accepter toutes nos excuses pour ces manques.

 

OLD ARTIST

Un vieil artiste

 

Quand je pense au paradis,

Je pense à la paix, à l’amour et au bonheur.

 

Retour titres album

 

ALL TIME

Tout le temps

 

En réfléchissant aux événements écoulés

Alors que le passé sera l’avenir

Et qu’hier reste à venir,

 

Pour moi les temps brumeux répandent leur fumée

Ils brûlent l’herbe d’un champ de denrées sans fin

De grandes personnes projettent leur ombre sur les petites personnes

De petites personnes courent en cercle autour de ce qui est grand.

 

Les temps de paresse, on les remplit bien !

Qu’a-t-on de mieux à faire avec mon esprit !

Pour les moments de folie, pas de rythme trop effréné,

Des confins, et des gens en phase avec mon époque.

 

En surface, dans la joie, dans les nuages ensoleillés

La neige immaculée forme une silhouette aux contours parfaits.

Elle saisit la vapeur, l’herbe et la rosée

Les rayons ne blessent pas les regards levés vers le ciel.

 

Les hôtes sortent un jeu de champs ouverts sur la boîte

Regarde les invités qui amènent de la chaleur de dehors

Et des étendards de foi comme limites à combattre

Les jeunes si prudents avant l’heure,

Mon heure, ton heure, tout le temps,

Mon heure, ton heure, tout le temps.

 

En surface dans la joie, dans les nuages ensoleillés

La neige immaculée forme une silhouette aux contours parfaits.

Elle saisit la vapeur, l’herbe et la rosée

Les rayons ne blessent pas les regards levés vers le ciel.

 

Du rythme à ta droite, du rythme de l’autre côté,

De l’expression en dehors et au-dedans, de la poésie,

Du plaisir à ton toucher

Le goût du paradis dans ta tête

Et les couleurs devant tes propres yeux.

 

Retour titres album

 

SO FEW WORDS

Si peu de mots

 

Si peu de mots,

Si peu de mots.

 

On tourne en rond toute l’heure

La force puisée dans la puissance

L’orage règne dans une averse massive de cerveaux

En nivelant les ondes, en faisant échouer les scribes.

 

Je m’injecte une piqure venimeuse, c’est troublant

Mais les conséquences m’attendent au tournant

Réminiscence de mon destin torturé

En fin de compte, la vie est compliquée.

 

Je voyage avec le sens de l’aventure convaincant

Alors que j’attends le moment opportun pour créer

L’énergie intellectuelle qui me permettra alors de me rendre compte,

D’analyser tous les aspects de la décision fomentée par l’homme.

 

La vision des directions possibles

Ne pas tourner à droite, tourner à droite … à gauche

Pas de retour en arrière, filer tout droit le long de la voie

Contrecarrer, réagir, adopter un rythme plus soutenu

Une expression écrite sur le visage

Quand on tatonne à manipuler la commande manuelle

Quand on ravale sa fierté

Il faut vérifier ce qui se passe après

L’interconnexion met en doute la coïncidence

Tous main dans la main

Ils exigent le ravitaillement, je répands ma paix

Dans ce qui peut être connu comme ma seule délivrance

Dans la grosse bête qui se déchire

Et c’est scandaleux, c’est toujours la même chose,

Tourne la page.

 

Si peu de mots

Si peu de mots.

 

Je vais tout droit,

J’erre à travers la vallée

Je revendique mon terrain à travers mes artères

Mais ma première intuition constate que ma non-condition est la raison

Pour laquelle vous n’obtiendrai ma soumission

Aussi vrai que je suis bien présent dans le temps

Je me dirige toujours vers l’avenir

Je me dirige avec hâte vers le temps qu’il reste à perdre

 

Je m’échappe d’une course au dahu

Je prends des plumes et je vole dans le ciel spirituel

Je retourne au niveau zéro

Pour l’intrépide héros

Point de sottises

Je dépasse le délai imparti car à moins de me trouver dans la situation

Où je peux apprendre,

Un spécimen s’éloigne, disons, une ligne de précision

La course de l’humanité a toujours été unique en son genre

Nous ne pouvons plus reculer alors accélère,

Va jusqu’au bout

Avec le fruit passionné de mère nature.

 

Si peu de mots

Si peu de mots

 

Retour titres album

 

HEADSPACE

Esprit libre

 

Va-t-en, va-t-en,

Tu emplis mon esprit libre

Avec de vilaines pensées désobligeantes

Je peux m’en passer.

 

Tu agis avec haine

Ta noirceur, ma lumière ne peut la prendre

Tu déçois sans y réfléchir à deux fois

Je reçois, mon cœur est un monde ouvert.

 

Tu dis que tu te fais du mal quand tu fais des histoires

Mais je sens ton âme qui pénètre

Quand ton regard, ton contact

Avec du désir dans un autre domaine.

 

Je me dis : marche droit, la tête haute,

Ne te retourne pas, il n’y a rien de bon à voir

Fonce, goûte avec tes yeux

Ressens avec ta tête et pense avec ton cœur.

 

Regarde en l’air, pour rendre hommage, avec des ongles rouge sang

A mi-distance, tu voies une lune claire dans le ciel

Je me demande si tu la voies de dessous la terre …

 

Retour titres album

 

DARK ROOM

Une pièce noire

 

Le visage enfoui dans mes mains, admirant encore cette vue

Les images ne traduisent que ma peur

Alors, j’essaie, j’essaie d’entendre ce que j’apprécies

Et j’essaie de cacher ce qui m’effraie.

Je vais toujours plus loin, je veux

Attirer une énergie.

Le passé stocké dans ma mémoire

Pendant que nous luttons pour donner du sens à la nature humaine

La distraction, comme une attraction de fête foraine,

La communication interagit comme moi

(So reason over remedy ready me infinitely)

Mais dernièrement je l’admets, les temps difficiles ont frappé

Mais j’aime bien l’idée que je m’en sortirais

Le fluide coule, la graine pousse, et la vie continue.

 

Et le combat continue pour ce Babylone que l’on porte à bout de bras

On survit, on crève de faim, on subis tous les jours, on regarde le temps qui passe

Je divague à cause du stress, je suis tendu à cause du stress,

Sauf erreur de ma part, oui, l’enfer artificiel recule,

J’irai dans toutes les directions de la vie qui annonce l’arche

J’embarque tel une lumière dans la nuit.

 

Je règle la définition de mon focus,

J’habite dans une pièce qui surplombe la vue au loin

Je suis cerné par la frontière du désordre

Alors je dois rester stable, être capable de lever la main,

Et de saisir l’opportunité de me couler dans un présent en sables mouvants

(Another number never I endeavour like time is forever)

Répandre l’immatériel relève du principe original

Maintenant l’icône c’est Dieu, triste cas dans la course folle

Qui efface toute la mémoire des choses qui nous dépassent.

 

Je coupe le fil sous tension et laisse ruisseler tout mon feu mon sang mon flot ma lave

J’attaque avec mon cerveau qui voit la vision de l’œil

Je surplombe ma terre, toujours la même au quotidien

Sur la terre du chaos et du désordre

En vivant derrière la lumière, nous sommes cernés par une frontière

Dans la pièce noire.

 

Le visage enfoui dans mes mains, admirant encore cette vue

Les images ne traduisent que ma peur

 

Alors, j’essaie, j’essaie d’entendre ce que j’apprécies

Et j’essaie de cacher ce qui me fait peur.

 

Retour titres album
 

LONDINIUM

Londinium

 

L’énergie qui se dégage de chaque pore

Te fait faire ce que tu veux

Tu en as ou pas ?

On ne peut en vouloir à la force

Seuls sont à blâmer la faim ou l’avidité

Qui mènent à un comportement malsain

L’eau sale ne génère aucun profit

Cette ronde a voyagé trop loin.

 

Où que tu ailles, tu touches du feu et tu te brûles,

Tu gagnes ta propre reconnaissance dans tous les non-sens qui te préoccupe

Je plaide pour ma sensation intime, je savoure cette arôme d’une nouvelle expérience

Pour la haute intelligence promise aux choses secrètes qu’on enterre profondément

Je suis né comme le mot individuel, visuel, visionnaire, ça dépend

Et tous les autres voient mon regard

Quise multiplie à travers la grande ville malsaine aux émotions humaines qui se déchaînent

Avec de sévères états d’âme qui ne conviennent pas à tous les enfants

Accélère la vitesse de la vie en te rapprochant du centre et entre en toi-même

Si tu le veux, la ruche grouillante restera en vie

Et, en donnant un grand coup de pied, je saisis le moment où je dois m’en éloigner

La monotonie appelle la majuscule L à aimer chaque minute que je vis.

 

Eau sale ...

 

Retour titres album
 

 

MAN-MADE

Artisanal

 

Instrumental

 

Retour titres album

 

 

<   Page précédente
 
 



Créer un site
Créer un site