Traductions2chansons.fr

Album Changing Places photo jaquette album Changing Places de Anne Clark          

Bookmark and Share
                      image logo lien vers page Facebook site traductions2chansons.wifeo.com

Les titres

Contact   Sleeper In Metropolis   Poem For A Nuclear Romance   Wallies

CONTACT

Les pauses sont interrompues
Par des déclarations,
Pas par de la tendresse,
Mais il m’en a toujours fallu davantage. 

Les cœurs, lourds d’égarement,
Déguisés abondamment
En pensées du moment
Et non en événements de la journée. 

Les actes sont toujours plus lourds que les mots
J’ai été dupée 
Et chaque son restait inaudible. 

Assombrie par l’obscurité,
J’essaie de toucher ton visage, 
Mais je découvre qu’une froide vacuité a pris sa place.
Resté seul après cette découverte,
Un cri silencieux se met à déformer l’âme.

Et il m’en a toujours fallu davantage, 
Un dernier souffle d’espoir est passé par ton baiser
Mais la ligne de vie est brisée en deux égales moitiés
L’une se referme lentement, 
Et l’autre rit.

SLEEPER IN METROPOLIS
Le dormeur de Métropolis

Tel un dormeur de Métropolis,
Tu es insignifiance
Les rêves s’empêtrent dans le système. 

L’environnement se meut au-dessus du dormeur, 
L’air conditionné, 
Des conditions qui ont ralenti la respiration.
La sensation des draps de viscose sur la chair nue,
Douce et tiède,
Mais seule dans l’océan assombri de la nuit. 

Confinés dans la sûreté désespérée des désirs et des rêves,
Nous combattons notre insignifiance.
Plus nous nous acharnons,
Plus le mur est haut. 

Dehors la ville cancéreuse se répand
Telle une maladie,
Qui touche notamment les voitures, 
Qui roulent vers d’inévitables destinations,
Suivies par le projecteur de la société créatrice de paranoïa.

Aucune alternative ne peut surgir là où l’amour ne peut prendre racine. 
Aucune ombre ne remplacera la tiédeur de ton toucher
L’amour est mort à Métropolis
Tout contact à travers un gant ou une partition 
Quel gâchis !
La ville : la maladie du dépérissement. 

 
POEM FOR A NUCLEAR ROMANCE
Ode à une romance nucléaire

Qu’en adviendra-t-il,
Lorsque le ciel ne sera plus bleu mais rouge flamboyant ?
Et du fait que je t’aime, tout simplement ?

Quand tous nos rêves tout déformés se coucheront, et seront morts, 
Nous serons deux danseurs radio-actifs
Virevoltant dans différentes directions
Et mon amour pour toi sera réduit en miettes. 

Les cris se feront de plus en plus forts
Ta chair de marbre se ramollira et deviendra brûlante
Et tes baisers rendront mes lèvres comme de la pulpe. 

D’hideuses créatures ressurgiront des profondeurs de la terre
Et mon amour pour toi s’éteindra. 

Tu n’as nul besoin de dormir pour faire des cauchemars
Tu n’as qu’à juste m’enlacer, et d’encore plus près, 
Et tu ressentiras les probabilités nous séparer. 

 
WALLIES
Les débiles

Ci-gît l’avenir, dans un ventre gonflé de bière,
Des types sans cervelle, gominés d’acrylique, 
Qui, en toute liberté, 
Frappent, cognent, et font du bruit. 

Du berceau aux rues de la ville, 
Ils crachent leur agressivité, 
En cognant sur ce qu’ils ne comprennent pas
Et en cessant toute forme d’expression. 

Ils s’apprennent mutuellement à être des hommes, 
En crachant dans la rue
Eh bien moi, maintenant, je sais quoi faire
Pour faire de mon homme un homme accompli !

Contre le pouvoir de leur déviance, 
Nous devons apprendre à nous battre, 
Pour rester ce qu’on a envie d’être,
Matin, midi et soir. 

La nuit, c’est pour les chasseurs
Et les proies, c’est toi et moi,
Poursuivis juste pour obtenir
Une forme d’identité. 

La nuit, c’est pour les chasseurs
Et les proies, c’est toi et moi,
Poursuivis juste pour obtenir
Une forme d’individualité. 

 
<   Page précédente
 



Créer un site
Créer un site