Traductions2chansons.fr
Album Hung Ho

Bookmark and Share

 
 
                                                    image logo lien vers page Facebook site traductions2chansons.wifeo.com
 
 
Les titres
 
 
ONE VOICE
Une seule voix
 
Dans le jardin de la conscience
Dans le fertile esprit gît la graine dormante
En fleurissant telle la charité
La conscience exhale un soupir de soulagement.
Les confessions du sommeil
La graine qui se réveille
Mus par l'amour de servir.
Nous célébrons tout mérite dans la vie
Ah, les confessions du sommeil
La paix qui se répand
Comme nous grandissons au gré de nos besoins !
Et vous entendrez l'appel
Toute action, grande et petite
Avec joie accueillie
Abonde le paradis.
Laissons l'amour résonner.
S'il reste muet,
Fais-le résonner.
S'il est aveugle, donne-lui un œil.
S'il est à terre, donne-lui une main.
Élevez votre voix
Élevez votre voix
Élevez votre voix
De tous vos esprits, donnez-en un seul
De tous vos coeurs, donnez-en un seul
De toutes vos voix, donnez-en une seule
 
 
LO AND BEHOLDEN
Surprise !

J'étais seule et béate dans mon monde,
Je dansais dans les airs.
Tu m'as envoyé un message me disant
Que tu aimes bien mon style.
Viendras-tu au temple ce soir
Et y danseras-tu pour moi ?
Je te promets tout ce que tu désires
La lune et les étoiles.
 
Oh, surprise !
Pourquoi tu ne laisses pas tomber ?
Oh, surprise !
Viens, tu vois que c'est vrai
Oh, surprise !
Oh, je te suis redevable.
 
Dans le palais, une rêverie sauvage
Et dans tes yeux le regard,
Pendant que je faisais tomber voile après voile,
N'était que ivre désir.
La colombe appelle et Dieu remarque tout
La vérité nue.
Voici mon voile, le septième et le dernier
Ça te coûtera.
 
Oh, surprise !
Pourquoi tu ne laisses pas tomber ?
Oh, surprise !
Viens, tu vois que c'est vrai
Oh, surprise !
Oh, je te suis redevable.

Le mot royal est passé
La tête du prophète, c'est tout ce que je demande
Pour la beauté et la nue vérité
Ça te coûtera

Oh, surprise !
Pourquoi tu ne laisses pas tomber ?
Oh, surprise !
Viens, tu vois que c'est vrai
Oh, surprise !
Oh, je te suis redevable.

 
 
 
BOY CRIED WOLF
Le garçon a crié au loup
 
Oh, l'histoire a été racontée, maintes et maintes fois
Des écritures sacrées aux tabloïds
Tous les hauts cris et les combats ne sont rien
A côté d'un murmure (1)
De l'âme de l'or, du ventre d'un garçon.
 
Ils l'ont extirpé de la forêt
Comme ils font couler du sang
Ils l'ont attaché à un arbre, comme St Sébastien
Et il a tourné la tête, et laissé les flèches voler
A travers les arbres, les arbres,
Les feuilles ornementales.

Le garçon a crié au loup
Le loup ne vient pas
Le loup intérieur,
Le garçon a crié au loup.

Dans le vieux moule, ils dansent
En appelant à la lune, mais elle ne répond pas.
Et ils sont tombés à genoux
Et faisaient tourner le bol
Et le sang, le sang, le sang sacré.

Le garçon a crié au loup
Le loup ne vient pas
Le loup intérieur,
Le garçon a crié au loup.

Je suis le corps, je suis le courant
Je suis l'origine de toute chose
Ils me portent des fleurs : c'est moi-même
Des guirlandes de sang : c'est moi-même
Ils tuent l'agneau, qui est lui-même.
 
Déchirés, ressuscités, les cris de notre désarroi
Ne sont rien au vent, mais ceux de l'esprit ? (1)
Les rois sont élevés aux trônes, et les rois sont renversés.
 
Perdue, reçue, retirée,
La marée humaine.
 
L'innocence a connu de beaux jours
L'innocence a connu de beaux jours
L'innocence, l'innocence.
 
 
(1) Cette traduction n'est peut-être pas exacte
 
 
 
PERSUASION
Persuasion
 
Quel est ce système qui nous entoure ?
Il recrute les cœurs de son rythme intemporel
Les jeunes étincellent, mais les vieux savent
Que tout fait partie de quelque schisme fou.
 
Il arrive comme la lumière sans repos de l'aube
Les rues épaisses, avec son rayonnement
Tout est lumineux mais nous savons tous
Que le véritable amour est très compliqué.
 
Je m'amuse bien, je ne sais pas pourquoi
Dans un avion qui très haut virevolte
Équation, persuasion
Ce n'est qu'une question de persuasion

Qu'est-ce que le corps sans la personne ?
Il traverse la vie sans personne
Il va là où le vent le mène
Là où la persuasion l'appelle.

Ça me fait tituber, je ne sais pas pourquoi
Je suis sur un avion qui très haut virevolte
Équation persuasion
J'ai l'impression de courir sur place
Prise dans l'orbite du genre humain
Équation persuasion
Ce n'est qu'une question de persuasion
Ce n'est qu'une question de persuasion
Ce n'est qu'une question de persuasion
 
Qu'est-ce que le corps sans la personne ?
Qu'est-ce que l'élévation sans la chute ?
Qu'est-ce que l'illusion sans la beauté ?
Quel est ce système qui n'a pas du tout de système ?

Eh, scout ! Il n'y a pas d'équation,
Tu ne peux pas te préparer à l'invasion des cœurs
Tu ne peux pas te préparer à l'invasion des cœurs
L'amour n'appartient qu'à lui-même.

 
 
 
 
GONE PIE
Le gâteau disparu
 
Eh, toi là-bas !
Viens faire un tour avec moi
Flâner dans l'infinité.
Nous flânerons,
Jusqu’à dissipation de l'aube
Minuit prend le pas sur le crépuscule
Juste un petit rai de lumière
Éteignons-la, puis rallumons-la, éteignons-la, et rallumons-la
 
Flâner n'est-il pas merveilleux ?
Dans une lumière qui se prolonge
Encore et encore, encore et encore.

Flâner n'est-il pas merveilleux ?
Les étoiles tombent pour nous deux,
Baignées de notre propre lumière.
 
Oh, la vie !
Trop belle pour être sacrifiée,
Viens en profiter encore un peu
Ah, la vie continue, encore et encore
Oh, la vie !
Puissiez-vous vivre une longue vie
Puissiez-vous vivre une longue vie
Puissiez-vous vivre une longue vie
 
 
 
CHINA BIRD
L'oiseau de Chine
 
Un beau jour, ces mots avec lesquels je prie
Respireront une vérité
En ton for intérieur, sur un plateau
Une toute nouvelle vie
Tant de routes
C'est dur de savoir quoi faire
Tous tes rêves
Tout donne l'impression
Que tu choisis ta destinée
Mon oiseau de Chine
Te réclame.
 
Le monde tourne,
La flamme se consume,
Lumineuse et véritable,
Proche et lointaine
Où t'orientes-tu, oiseau de Chine ?
Les cieux ouverts
Se languissent de toi.
 
Si on te dit que ce n'est pas la bonne direction
Maintiens ton regard
Vers mon amour qui survole
Une toute nouvelle lueur.
Oh, déplie tes ailes
Le ciel ouvert te réclame, oiseau de Chine
Mon cœur se languit de toi.

Si tu t'envoles,
J'attendrais qu'advienne que pourra
Tout mon amour est un fragile rai
Pour toi, pour toi.
 
 
 
 
GLITTER IN THEIR EYES
Une étincelle dans leurs yeux
 
Ça fait un moment que je n'ai pas vu ton visage,
Ça fait un moment que je ne suis pas venue ici,
Je vois les singes sur leurs vélos,
Qui pédalent dans l'impossible nuit.
 
Tu dis que tu te sens comme un jeune arbre
Mec, ils te découperont en morceaux
Ils te feront les poches avec une telle délectation,
Ils te dépouilleront entièrement, (1)
Ils te dépouilleront en plein jour (1)
 
Oh, ne vois-tu pas l'étincelle,
L'étincelle dans leurs yeux ?
Oh, ne vois-tu pas l'étincelle,
L'étincelle dans leurs yeux ?

Toi le génie qui marche avec ses nouvelles chaussures,
As-tu le blues de l'OMC ?
De la poussière de diamant
Qui te fait éternuer ?
Des gosses en rollers prêts
A courir dans les tas de ferrailles,
A entrer, d'un air nonchalant, dans les couloirs,
A faire la course dans les centres commerciaux,
A escalader les murs ?
Ils te dépouilleront l'esprit
Juste pour s'amuser
Dit le corbeau
Yum yum yum
Des enfants, partout des enfants
Qui vendent leur âme pour des souvenirs
Ils font probablement le plein
Pour quelques morceaux à Ankgor Vat
Ils te surévalueront
Ils te braderont
Ton corps, une marchandise.
Notre place sacrée
A été défigurée
Et restructurée pour donner grâce
A la place du marché.
 
Du coup le Dow se Jonesise (2)
Sur la 42ème Disney Street
Des cœurs enragés, effilochés
Attention, les enfants !
Le clinquant, le clinquant !
Ce n'est pas tout ce qui brille
Ce n'est pas tout ce qui brille
 
 
  1. cette traduction n'est peut-être pas exacte
  2. Dow is Jonesing = jeu de mots intraduisible en français, faisant allusion au Dow Jones
 
 
 
 
STRANGE MESSENGERS
D'étranges messagers
 
Je considérais le livre de la vie
En traçant les lignes, visage après visage
En baissant les yeux vers leurs pieds nus
Enchaînés, enchaînés
Par des chaînes de cuir, des chaînes dorées
Nous savions que ce n'était pas bien, mais nous avons détourné le regard
Et les avons toisé dans les rues de la colonie
Et c'est ainsi qu'ils sont devenus des esclaves.
 
Ils sont arrivés sur d'énormes bateaux,
Les mères séparées de leurs bébés,
Les maris se tenaient dans le bâtiment des ventes aux enchères
Enchaînés, enchaînés
Par des chaînes de cuir, des chaînes dorées
Les hommes savaient que ce n'était pas bien, mais ils ont détourné le regard
Et les ont laissé au labeur, dans les champs de l'homme blanc
Tandis que leurs cous se tendaient vers un paysage amer.

Oh, les gens, je les entends qui appellent
Ne suis-je pas un homme et un frère ?
Ne suis-je pas une femme et une sœur ?

L'histoire nous envoie de si étranges messagers
Ils traversent le temps
Pour la fraternité, puis se mettent en colère
Et, dans leurs bras, un fruit encore plus étrange
Et ils surgissent des arbres en se balançant
Avec leur vision en flammes,
Des cordes de cuir, des cordes dorées
Les hommes savaient que ce n'était pas bien, mais ils ont détourné le regard
Les messagers qui se balançaient sur leurs cordes torsadées
Tandis que leurs cous se tendaient vers un paysage amer.

Oh, les gens, je les entends qui appellent
Ne suis-je pas un homme et un frère ?
Ne suis-je pas une femme et une sœur ?
Nous serons entendus, nous serons entendus.

 
 
GRATEFUL
La reconnaissance
 
La nôtre n'est qu'une peau parmi d'autres
Qui s'esquive simplement
Tu peux l'ignorer,
Elle se remplacera aisément.
 
Tout finira par bien se passer,
Je l'ai appris, ligne après ligne,
Une ligne commune,
Un fil conducteur,
Tout ce que vous désirez
Ça roule tout seul.

Comme un navire dans une bouteille
Coincé au soleil
Les voiles ne vont nulle part
Tu peux les compter une à une
Jusqu'à ce qu'il s'échoue,
Et qu'il coule, tout simplement
Vous pouvez vous cacher à l'air libre,
Ou disparaître, simplement

Ce n'est qu'une envie irrésistible de notre part
Et un tour de poignet
Fera sauter le bouchon
D'une abrupte tendresse
Meurs, petit moineau
Et réveille-toi en chantant.
 
Tout finira par bien se passer,
Je l'ai appris, ligne après ligne,
Une ligne commune,
Un fil conducteur,
Tout ce que vous désirez
Ça roule tout seul.
 
 
UPRIGHT COME
Redresse-toi
 
Salut, mon frère !
L'orage au loin
Ce n'est que les cœurs
Qui battent d'un seul.
C'est la danse d'un million
Sur le pavillon de Dieu
Viens, viens,
Frappe sur tes percussions.
 
 
Réveille-toi, peuple, lève-toi !
Réveille-toi et redresse-toi !
La fortune tombe
Telle des larmes du ciel
Ouvre les yeux.

Salut, ma sœur !
Reviens
Donner et redonner forme
Aux événements futurs
Incline la tête
Lève ta lanterne
Viens, viens
Frappe sur tes percussions.
 
Réveille-toi, peuple, lève-toi !
Réveille-toi et redresse-toi !
La fortune tombe
Telle des larmes du ciel
Ouvre les yeux.
 
Nous avons besoin d'une action collective
C'est le moment de proclamer que tout ne va être
Qu'icônes au rebut et vies gaspillées,
Comme la guerre, obsolètes.

Réveille-toi, peuple, lève-toi !
Réveille-toi et redresse-toi !
La fortune tombe
Telle des larmes du ciel
Ouvre les yeux.

Voici qu'arrive une époque,
Une époque qui nous appartient
Voici qu'arrivent les formes,
Le monde que nous avons formé
Le martinet, c'est la flèche,
L'obscurité, c'est l'épine
L'ardoise est toute propre,
L'avenir attend,
Réveille-toi !
 
 
NEW PARTY
Une nouvelle fête
 
Tu dis « ouais » !
L'état d'union
C'est sympa, sympa, sympa !
J'ai l'impression que tu mens
Tu mens, tu mens, tu mens.
Je crois qu'il nous faut,
Je crois qu'il va nous falloir
Un nouvel événement.
 
Ils me disent,
Ils me demandent quel est le mot,
Je leur réponds « l'oiseau siffleur »
Je leur réponds « l'oiseau siffleur »
Pourquoi ne vous envolez-vous pas
Hein ?
Et, pendant que vous y êtes,
Pourquoi ne
Fertiliseriez-vous pas ma pelouse
Pourquoi ne
Fertiliseriez-vous pas ma pelouse ?
Avec ce qui sort de votre bouche
Ce qui sort de votre bouche
Eh, venez un peu par là !
 
Il faut qu'on se magne le cul
Sinon on va cramer
Les problèmes du monde
Concernent tout le monde.
Vos enfants ont-il suffisamment d'eau fraîche ?
Où que vous soyez,
Où que vous soyez, vous êtes invités
A y réfléchir.
Quand, dans le cours des événements relatifs à l'homme,
Il devient nécessaire
De prendre soi-même les choses en main,
Pour puiser l'eau du puits,
Et la proclamer troublée par l'avidité
Nous devons certainement la purifier,
Faire le ménage dans nos foyers,
Notre foyer interne
Notre foyer externe
A gauche et à droite.

Et, de toutes façons,
L'aventure humaine
Est la fête du siècle
Et vous êtes tous invités
C'est où vous voulez,
Où que vous soyez
Tout le monde est concerné
Et le prix d'entrée
Consiste à s'aimer les uns les autres,
D'aimer son frère.
 
 
LIBBIE'S SONG
La chanson de Libbie
 
Si ce n'était pour tes cheveux blonds,
Je ne serais pas seule.
Si ce n'était pour tes cheveux blonds,
Je ne serais pas seule.
 
Si ce n'était pour ton regard perçant,
Je ne serais pas seule.
Si ce n'était pour ton regard perçant,
Je ne serais pas seule.

Je ne valserais pas sur une ligne de veuve,
Ce qui serait à toi ne m'appartiendrait pas
Si ce n'était pour tes cheveux blonds,
Je ne serais pas seule.

Tu m'as fait la cour de tes airs princiers
Tu disais que tu m'aimais
J'embrasse les rubans dans mes cheveux
Tu me disais, chérie, viens t'envoler .
 
Fleur de la Cavalerie,
Tu m'as projeté de ma selle,
Tu m'as élevée au sein de ta vie
Une épouse de soldat, voilà ce que j'étais.
Tu défilais fièrement pour la corne
J'ai prié pour ton prompt retour
Si vainement je t'ai attendu
Je suis là, toute seule.
Je me suis languie de toi, à en mourir
J'étais si seule
L'oreiller vide à mes côtés,
Et pourtant, je devrai m'y faire.
Puisque le ciel m'a délivré
D'un compagnon pour l'éternité
Alors j'embrasse les rubans de mes cheveux
Et je te dis, va, chéri, envole-toi.

Si ce n'était pour tes cheveux blonds,
Je ne serais pas seule
Si ce n'était pour tes cheveux blonds,
 
 
 
GUNG HO
Gung Ho
 
Sur un champ de couleur rouge
Une étoile dorée
Se dressait au dessus de sa tête
Se dressait au dessus de sa tête.
Il n'était pas comme les autres
Il n'était pas comme les autres
Et la chanson qu'ils saignaient
Etait un hymne à sa gloire.
 
Reveille-toi, ma toute petite,
La graine de la révolution
Semée dans la manche
D'un habit humblement porté
Quand les autres sont décorés.

Par-delà la plaine du nord
Les grands oiseaux survolent les rizières
De leurs ailes immenses.
Et les gens sont à genoux
Et les hommes au labeur
Mais pas pour eux-mêmes.
Et les enfants ont faim
Tandis que la roue gémit.

Là-bas, devant un tas d'herbe
Se tient un jeune homme.
Sa mère est morte,
Ses sœurs implorent du pain.
Et, dans son cœur juvénile,
Est semée la graine de la révolution
Dans son habit humblement porté,
Quand les autres sont décorés.

Puis il devint un homme,
Pas n'importe lequel
Comme n'importe quel autre.
Un petit homme,
A la barbe couleur de riz,
Au visage couleur de thé,
Qui partagea la misère
D'autres hommes enchaînés,
Les pieds entravés,
Echappés à la guillotine.

Qui lutta contre
Le colonialisme, l'impérialisme,
Qui resta éveillé,
Tandis que d'autres dormaient.
Qui a pris sa plume, comme Jefferson,
Laissa sonner l'indépendance
Et le chariot de la justice se retourne
Lentement et amèrement
Et le peuple pleurait
Plante cette graine, cette graine,
Et ils rampaient ventre à terre
Ecrasés par la bête géante
Et emplissaient les charrettes de corps
Là où, autrefois, s'étendaient leurs cultures.
 
Et les grands oiseaux vinrent en masse
Etaler leurs ailes dans le ciel.
Et sa mère morte,
Et les typhons et la pluie
Les jungles en flammes,
Et le soleil orange,
Rien ne pouvait être plus beau
Que le Vietnam.
Rien ne pouvait être plus beau
Que le Vietnam.

Et son cœur cessa de battre,
Et la roue continua de tourner
Et les mots qu'il saigna
Etaient un hymne à leur gloire.
J'ai servi le peuple entier
J'ai servi mon pays tout entier
Et, tandis que je quitte ce monde,
Puissiez-vous supporter l'union
Et mon infinie affection
Sans limites, comme le ciel
Empli d'étoiles dorées.

La question est posée,
Elle est posée au-dessus de sa tête
Etait-il un homme de parole ?
Etait-ce un homme bien ?
Puisque son image n'emplit que d'amerture
Le cœur des gens du sud.


Et le peuple pleure toujours
Et les hommes meurent toujours
Et c'est si beau,
Si beau,
Fais encore tourner
Fais encore tourner
Fais encore tourner la roue pour moi.
 
Encore une révolution
Encore un tour de roue.

 
 
 
 
Bookmark and Share
 
 
                                                      image logo lien vers page Facebook site traductions2chansons.wifeo.com
 
 
 
 
 

 

 

Afficher la suite de cette page
 
 



Créer un site
Créer un site