Traductions2chansons.fr
 

Bookmark and Share




                                                            image logo lien vers page Facebook site traductions2chansons.wifeo.com
 
Les titres
 
 
 
SNOWFLAKE
Flocon de neige
 
Je suis née dans un nuage …
A présent, je tombe.
Je veux que tu me rattrapes.
Lève les yeux, et tu me verras.
Tu sais que tu peux m'entendre.
 
Le monde est si bruyant. (Je) continue de tomber. Je te trouverai.
 
Nous sommes au-dessus d'une forêt.
Il y a des millions de flocons.
Nous dansons.
 
Le monde est si bruyant. (Je) continue de tomber et je te trouverai.
 
Je suis la glace et la poussière. Je suis le ciel.
 
Je vois des chevaux disparaître dans des congères.
Mes cœurs brisés, mes danses fabuleuses.
Mon chant fugace, fugace.
 
Le monde est si bruyant. (Je) continue de tomber. Je te trouverai.
 
Mes cœurs brisés, ma danse fabuleuse.
Mon chant fugace.
Mon tourbillon et mon cri (1).
 
Je suis la glace et la poussière et la lumière. Je suis le ciel, et je suis ici.
 
J'entends les gens.
Je crois que tu es près de moi maintenant.
 
Le monde est si bruyant. (Je) continue de tomber. Je te trouverai.
 
Nous sommes au-dessus d'une forêt.
C'est Noël, et il est minuit.
 
Le monde est si bruyant. (Je) continue de tomber. Je te trouverai.
 
Je crois que je peux te voir.
Voici ton long cou blanc.
 
Le monde est si bruyant. (Je) continue de tomber. Je te trouverai.
 
Je tombe à présent.
Lève les yeux, et tu me verras.
 
Le monde est si bruyant. (Je) continue de tomber. Je te trouverai.
 
Dans une minute ou deux,
Je serai avec toi.
 
Le monde est si bruyant. (Je) continue de tomber. Je te trouverai.
 
Prépare-toi à m'attraper …
 
Le monde est si bruyant. (Je) continue de tomber. Je te trouverai.
 
(1) My twist and shout : allusion au titre de la chanson des Beattles ?
 
 
 
LAKE TAHOE
Le lac Tahoe
 
Le lac Tahoe.
L'eau de la montagne froide. Ne vous y baignez jamais.
Contentez-vous de rester sur le bord et d'y plonger votre regard.
Et au fond, vous pourriez voir une femme.
On dit que certains jours, elle affleure, elle surgit, comme de nulle part.
Vêtue d'une robe victorienne. Elle appelait son animal, « Flocon de neige ! Flocon de neige ! ».
Elle s'effondre tel un nuage qui s'est noyé dans le lac.
 
Comme une pauvre poupée de porcelaine …
Elle a les yeux ouverts mais il n'y a personne à la maison.
L'horloge s'est arrêtée.
Elle est partie depuis si longtemps.
Personne à la maison.
Son vieux chien dort.
Ses jambes sont devenues frêles.
Mais quand il rêve, il se met à courir …
Le long, le long des plages et des champs humides.
A travers les Bois Fantasmagoriques qui la regarde.
 
Les lits sont faits. La table est dressée. La porte est ouverte – quelqu'un appelle :
C'est une femme.
« Eh, garçon ! Eh, garçon ! Tu es rentré!
J'ai une vieil os et un biscuit, et tellement d'amour.
T'ai-je manqué ? Est-ce que je t'ai manqué ?
Voici la cuisine – Voici ton panier.
Voici le couloir – C'est là que tu m'attends.
Voici la chambre – Tu n'es pas autorisé à y entrer.
Voici mes genoux – C'est là que tu poses ta tête.
Oh, tu es un bon garçon !
Tu es rentré, tu es rentré.
 
 
MISTY
Embrumé
 
Son corps roule.
Je lui donne des yeux/Donne-lui des yeux.
Fais-le sourire pour moi.
Je lui donne la vie/Donne-lui la vie.
Ma main saigne. J'y retourne en courant.
 
J’éteins la lumière.
Je fais la lumière sur une nuit étoilée.
Ma fenêtre s'ouvre brutalement.
Ma chambre se remplit de la neige qui tombe.
C'est peut-être un rêve, mais je ne dors pas.
Je vois son visage blanc comme neige, mais je n'ai pas peur.
Il est là, à mes côtés.
Si froid, à côté de moi.
Je peux le sentir fondre dans ma main,
Fondre dans ma main.
 
Il ne me parlera pas.
Sa bouche tordue est pleine de feuilles mortes.
Pleine de feuilles mortes, de morceaux de branches tordues
Et d'un jardin gelé, d'herbes piétinées et arrachées
D'une pelouse endormie.
Il se dissout, il se dissout devant moi
Et l'aube bientôt se lèvera.
De quel esprit s'agit-il ?
Notre seul et unique rendez-vous.
Son souffle est tout embrumé.
Et quand j'embrasse ses lèvres de crème glacée
Et sa peau crémeuse,
Ses bras couleur de neige autour de moi.
Si froid, à côté de moi.
Je peux le sentir fondre dans ma main,
Fondre dans ma main.
 
Dimanche matin,
Je ne le trouve pas.
Les draps sont trempés,
Et sur mon oreiller
Des feuilles mortes, des morceaux de branches tordues
Et d'un jardin gelé, d'herbes piétinées et arrachées
D'une pelouse endormie.
Je ne le trouve pas … Embrumé …
Oh, peux-tu m'aider ?
Il doit se trouver quelque part.
Une fenêtre ouverte se ferme.
Oh, mais, attends, il neige encore.
Si tu es là-bas,
Je me tiendrai sur le rebord,
Je me pencherai sur le rebord.
 
 
WILD MAN
Le sauvage
 
On t'appelle « l'animal », le démon Kangchenjunga, le Sauvage, Metoh-Kangmi.
Couchée sous ma tente, j'entends ton cri qui se répercute de par les montagnes.
Tu parais seul.
Tandis que tu traverses/je traverse/nous traversons/ le Lhakpa-La,
Quelque chose a surgi des rochers.
Dans les lointaines collines Garo, près de Dipu Marak,
Nous avons trouvé des empreintes dans la neige.
 
L'instituteur de Darjeeling a dit qu'il t'avait vu près du monastère de Tengboche.
Tu étais en train de jouer dans la neige. Tu frappais aux portes. Tu étais monté sur le toit.
Sur le toit du monde.
Tu étais en train d'arracher les rhododendrons. Tu élaguais la montagne.
Ils veulent te connaître. Ils te pourchasseront, puis ils te tueront.
Cours, cours, cours ….
Tandis que tu traverses/je traverse/nous traversons/ le Lhakpa-La,
Quelque chose a surgi des rochers.
Dans les lointaines collines Garo, près de Dipu Marak,
Nous avons trouvé des empreintes dans la neige.
Nous avons trouvé tes empreintes dans la neige.
Nous les avons toutes balayées...
Depuis les Sherpas de l'Annapurna jusqu’à Rinpoché de Qinghai,
Les bergers, du Mont Kailash au Himachal Pradesh, tous ont trouvé des empreintes dans la neige.
 
Tu n'es pas un singe langur ni un grand ours brun – tu es le Sauvage.
On dit qu'on t'a vu te noyer près du glacier de Rongbuk,
Ils veulent te pourchasser. Tu n'es pas un animal.
Les Lamas disent que tu n'es pas un animal.
 
 
SNOWED IN AT WHEELER STREET
Bloquées par la neige dans Wheeler Street
 
Excusez-moi, pardon de vous déranger,
Mais il me semble que je vous connais ?
Mais vous me dites quelque chose,
Est-ce qu'on ne s'est pas déjà rencontrés ?
 
Nous avons été amoureux pour l'éternité.
 
Quand nous étions au sommet de la colline,
Nous avons vu Rome brûler.
Je vous ai laissé partir, je ne me le suis jamais pardonné.
 
Je vous ai vu sur les pas de Paris,
Vous étiez avec quelqu’un d'autre.
N'avez-vous pas vu que ça aurait pu être moi ?
J'étais tout près.
 
Puis nous nous sommes rencontrés en 42, mais nous n'étions pas du même camp.
Je vous ai caché sous mon lit, mais ils vous ont emmené.
 
Je vous ai perdu dans un brouillard londonien
Quand vous avez traversé la voie.
Je ne sais jamais où vous vous trouverez,
Mais je sais que vous me surprendrez.
 
Venez avec moi, j'ai trouvé un peu de corde
Et je vais nous attacher ensemble.
Je vous attends depuis si longtemps.
Je ne veux plus vous perdre.
Ne vous mêlez plus à la foule.
Ne partez plus.
 
Je ne veux pas vous perdre.
Je ne veux pas vous perdre.
Je ne veux pas vous perdre encore une fois.
 
Mais vous me dites quelque chose,
Avons-nous été amoureux pour l'éternité ?
 
11 septembre à New-York, j'ai pris votre photo,
J'ai conservé votre visage radieux …
Dans un cadre en forme de cœur.
 
Bloquées par la neige dans Wheeler Street, deux vieilles flammes
Qui laissent le feu se consumer,
On paraît si bien ensemble.
 
Peut-on rester là-bas pour toujours ? Nous étions si heureux,
Cette journée, je la revivrais encore et encore, mais le monde
Ne cessera pas de tourner.
 
Quand nous étions au sommet de la colline,
Nous avons vu Rome brûler.
Je ne veux pas vous perdre,
Je ne veux pas vous perdre encore une fois.
 
Ne repartez pas. Ne m'abandonnez pas encore une fois.
 
Je ne veux pas vous perdre.
Je ne veux pas vous perdre.
Je ne veux pas vous perdre une nouvelle fois.
Je ne veux pas vous perdre.
Je ne veux pas vous perdre.
Je ne veux pas vous perdre une nouvelle fois.
Oh, non, surtout pas !
Surtout pas !
Oh non, non, surtout pas !
Surtout pas !
Surtout pas !
Jamais plus !
 
 
50 WORDS FOR SNOW
50 mots pour la neige
 
1. Dérivant
2. Tourbillonnant
3. Brouillard blanc
4. Le braille du merle
5. Wencelasaire
6. Avalanche
 
Allez, mec, il t'en reste 44 pour partir,
Allez, mec, il t'en reste 44 pour partir,
Allez, mec, il t'en reste 44 pour partir,
Allez, mec, il t'en reste 44 pour partir.
 
7. fonte de cygnes
8. Deamondi-pavlova
9. Chutes d'eiders (1)
10. Santanyeroofodikov
11. Rêve du chasseur
13. Faloop'njoompoola
14. Zebranivem
15. Spangladasha
16. Albadune
17. Hironocrashka
18. Sanglot sous capuche
 
Allez, Joe, il t'en reste 32 pour partir,
Allez, Joe, il t'en reste 32 pour partir,
Allez, Joe, il t'en reste 32 pour partir.
Tu ne sais pas que ça ne désigne pas que l'Esquimeau ?
Laisse-moi entendre tes 50 mots pour la neige.
 
19. Flegme de neige
20. Sanglot des montagnes
21. Briseuse de chevilles
22. Nettoyeuse
23. Shnamistoflopp'n
24. Terrablizza
25. Blandissime
26. Essaim de vanille
27. Skis qui dérapent
28. Voile du voleur
 
Allez, Joe, plus que 22 pour partir,
Allez, Joe, plus que 22 pour partir,
Allez, Joe, rien que toi et les Esquimeaux,
Allez, plus que 22, laisse-moi entendre tes 50 mots pour la neige.
 
29. Qui grince-qui craque
30. Grêle psycho
31. Petit coup de fouet (2)
32. Chatoiement miroitant
33. Bizarreries de marbre du dieu Shiva
34. Déluge de sorbet
35. Boutons de neige fondue
36. Fonte ou explosion
37. Jolie glissade (2)
38. Blancheur du boomerang (2)
39. Arbre porteur de baies, effondré
40. Cimes de meringue
41. Crème-bouffant
42. peDtah'ej chIs qo
43. Profond et caché
44. Mauvais pour les trains
45. Déblayeuse en miettes
46. Qui fait écho
47. Qui arrache la fourrure polaire
48. Monde évanescent
49. Desespoir du mistral
50. Neige
 
 
(1) Les eiders sont de grands canards migrateurs
(2) Traduction sans doute approximative
 
 
AMONG ANGELS
Parmi les anges
 
Mais tu peux y faire quelque chose.
Il n'y a personne là-bas, mon ami, non plus 
Je crois savoir ce que tu veux dire quand tu dis que tu craques
Ne sommes-nous pas tous pareils ? Partagés entre doutes et certitudes.
 
Je vois des anges autour de toi
Ils étincellent tels des miroirs en été,
Mais tu ne le sais pas.
 
Et ils te feront escalader les murs
Si tu as besoin de nous, il te suffit d'appeler.
Place ton monde anxieux entre leurs mains
Laisse ton rire brisé à leurs pieds.
 
Je vois des anges autour de toi
Ils étincellent tels des miroirs en été,
Quelqu'un t'a aimé pour l'éternité, mais tu ne le sais pas.
Tu devrais le sentir, et pas seulement le montrer.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

Afficher la suite de cette page
 
 



Créer un site
Créer un site