Traductions2chansons.fr
Album When The Wind Blows




Bookmark and Share 





 
image logo lien vers page Facebook site traductions2chansons.wifeo.com
THE RUSSIAN MISSILE
Le missile russe
 
Instrumental
 
 
TOWERS OF FAITH
Les tours de la foi
 
Ooooh, les garçons solitaires
Dans les tours de leurs croyances (1)
Ooooh, les garçons solitaires
Enfermés dans les tours de leurs croyances (1)
 
Le prophète se reposait
Sur les hauteurs de Golan
 
Ooooh, les garçons solitaires
 
Il disait aux Shiites :
« Cette terre est ma terre »
 
Ooooh, les garçons solitaires
 
Et Jéhovah, depuis la mer de Galilée, baissa les yeux
Et dit « Je te vois, voleur ! 
Cette terre est à moi
Et ce sable est à moi
Et ce groupe de gens est à moi ».
 
Ooooh, les garçons solitaires
Qui regardent par-dessus leur épaule
Qui inspectent chaque rocher du parc
Où les portes sont fermées à la haine
Après la tombée de la nuit
 
Et le Pape était à bord de son véhicule blindé
Il tomba à genoux et embrassa la terre
Il a dit quelque chose que je n'ai pas compris
C'était du polonais
Alors un type s'avança pour me prêter main forte
Et dit : « je vais traduire
Voici ce qu'a dit Sa Sainteté :
« Je suis le chef des jésuites.
Cette terre appartient à Jésus.
Et c'est tout.
Il n'y a rien à rajouter ».
 
Pendant ce temps à New-York
Jim, l'homme d'affaires en costume de mohair
Au World Trade Center
Tire sur son petit cigare
Et dit :
« Je me fous de savoir à qui appartient les sables du désert,
Moi, je m'occupe des hydrocarbures du sous-sol ».
 
Et le flot de batailles fait rage autour des vieilles tombes
Et mère nature lèche ses blessures
Et les garçons solitaires, enfermés dans les tours de leurs croyances,
Qui, dans le parc, se sentent nerveux quand les portes se ferment
Après la tombée de la nuit
 
Ooooh, les garçons solitaires
Dans leurs tours de croyances
Ooooh, les garçons solitaires
Enfermés dans les tours de leurs croyances

(1) Traduction littérale = dans leurs tours de foi - rappelle l'expression "être enfermé dans sa tour d'ivoire".
 
 
HILDA'S DREAM
Le rêve d'Hilda
 
La radio : « Ici Radio Quatre, et voici les informations de 13 heures de ce jeudi.
Le Premier Ministre, dans une déclaration donnée depuis la Chambre des Communes il ya quelques minutes, a annoncé que la situation internationale est en train de se dégrader rapidement, et que la guerre pourrait éclater dans deux ou trois jours ».
 
Jim : « C'est ça ! Oui, c'est vraiment ça ! ».
 
Hilda : « Je ne dois pas trop m'inquiéter, tout va probablement s'arranger ».
 
 
THE AMERICAN BOMBER
Le bombardier américain
 
Instrumental
 
 
THE ANDERSON SHELTER
L'abri Anderson
 
Hilda : C'est drôle de se dire qu'il y a pas d'abris cette fois. Nous avions un vieil Anderson au jardin. Je le revois à présent. Il était envahi par les stertiens (1), et nous avions peint le devant en vert. Ainsi peint, il était plutôt joli. Chez les voisins, ils étaient recouverts d'ordures.
 
Jim : Oui, nous avions un Morrison. J'avais l'habitude de dormir dedans. Mmmm. Je l'avais tapissé de posters de pin-ups : Betty Grabel, Ann Shelton, Patricia Rock. Le plafond était noirci par la fumée, car j'avais l'habitude de lire au lit à la bougie ».
 
Hida : « Oui, c'était sympa ces temps de guerre, vraiment. Avec ces abris, ces pannes d'électricité, ces tasses de thé ….
 
Jim : « L'A.R.P. (2), les évacuations, les gamins de Londres qui voyaient les vaches pour la première fois... ».
 
Hilda : « Le vieux Churchill à la radio ….... ».
 
Jim : « C'était quelque chose ! ».
 
 
(1) Variété de fleurs

(2) Dispositif dictant aux autorités locales les mesures à prendre pour protéger les populations en cas de raid aérien. 
 
 
THE BRITISH SUBMARINE
Le sous-marin britannique
 
Instrumental
 
 
THE ATTACK
L'attaque
 
L'animateur radio : « Une attaque de missiles ennemis a été lancée contre ce pays. Les missiles pourraient nous atteindre dans environ trois minutes.
 
Jim : « Dieu Tout-Puissant ! Trois minutes !
 
Hilda : « Ok, alors je vais rentrer le linge ».
 
Jim : « La ferme ! J'essaie d'écouter! »
 
L'animateur radio : « Restez aux abris ».
 
Hilda : « Oh, mince ! J'ai laissé le four allumé ! ».
 
Jim : « Rentre ! Rentre ! Rentre ! »
 
Hilda : « Le cake va brûler ! ».
 
 
THE FALLOUT
Les retombées
 
Jim : « Mince alors ! Je … Je suppose que c'était ça ».
 
Hilda : « Ce n'était pas de la lumière ?
 
Jim : « Si. Formidable. Avec – avec ces bombes, on a une lumière formidable. Ecoute ! Un chien ! »
 
Hilda : « A quoi ressemblent les retombées, après? »
 
Jim : « Les retombées ? Le chef du gouvernement a omis de préciser à quoi ça ressemblerait. Je pense que ça fait un peu comme quand la neige tombe. : rien que du gris. Le silence. J'espère qu'ils ont tous fait la grasse matinée après le bombardement ».
 
Hilda : « Une odeur épouvantable de brûlé ».
 
Jim : « Oui, en effet. C'est lié. C'est logique ».
 
Hilda : « C'est comme … de la viande rôtie ».
 
Jim : « Oui. J'espère que tout le monde aura pris son dîner dominical un peu plus tôt cette semaine, étant donné les imprévus …. ».
 
Jim: « Il y a un nuage qui arrive. Nous allons être bons pour l'eau (1) pour un moment, ma chérie.
 
Hilda : « Tu crois que l'eau de pluie est bonne à boire? ».
 
Jim : « Eh bien... oui, bien sûr. Il n'y a rien de plus pur que l'eau de pluie, n'est ce pas ? Tout le monde sait ça ».
 
Hilda : « Oh, regarde ! Je perds mes cheveux ! »
 
(1) L'eau dans le sens de « pluie ? »
 
 
HILDA'S HAIR
Les cheveux de Hilda
 
Jim : « Je ne dois rien entendre …. et toi, tu devrais tous les jours être à mes côtés ...tous les jours de ma vie … uh … je me couche dans … dans …. dans … les verts pâturages …. Après... après je ne sais plus ».
 
Hilda : « C'était vraiment joli. Je me couche dans les verts pâturages
 
Jim : « Oh oui, oui … entre dans la vallée de l'ombre de la mort"
 
Hilda : « Plus, maintenant … plus maintenant ».
 
 
FOLDED FLAGS
Des drapeaux pliés
 
Berce un au-revoir, Bébé (1)
Au sommet de l'arbre
Quand souffle le vent
Le berceau tanguera
Et, bébé, je déteste te voir tomber ainsi
Mieux vaut parler au palais que d'être aujourd'hui (2)
 
Eh Joe, où vas-tu avec ce fusil ?
Tu peux prendre ta revanche
Mais tu te sentiras toujours mal après
Dans la vie, il doit y avoir autre chose que des bonnes fortunes
Et des infortunés
Et des drapeaux pliés et des pine-line
Et des tambours
 
J'étais dans les ailes avec toi,
Nos vies entre les mains d'un acteur de second rang
Qui tient le haut du pavé,
Sur une vieille estrade
Et, bébé, à quoi riment ces magasins pillés  ?
Te tireront-ils vers le bas ?
 
Eh Joe, où vas-tu comme ça
Avec un tel dogme en tête ?
Tu peux prouver de quoi tu es capable
Mais cela ne fera pas revenir tes mômes
Baisse le rideau
C'est sûr, la comédie (3) doit cesser
Avant que ne souffle la froideur du vent
 
Eh Joe, où vas-tu avec ce fusil ?
Tu peux prendre ta revanche
Mais tu te sentiras toujours mal après
Baisse le rideau
C'est sûr, la comédie (3) doit cesser
Avant que ne souffle la froideur du vent
 
Alors berce un au-revoir, Bébé (1)
Dans la vie, il doit y avoir autre chose que des bonnes fortunes
Et des infortunés
Et des drapeaux pliés et des pine-line
Et des tambours
 
(1) « Rock a Bye Baby » est le titre d'une berceuse.

(2) Le terme de comédie est remplacé par celui de « soap opera » dans la chanson

(3) Qu'est ce que cela signifie : qu'il aurait mieux valu se parler entre dirigeants plutôt que d'en arriver à cette situation ?
 


Bookmark and Share

 
 
 



Créer un site
Créer un site