Traductions2chansons.fr
    
     Bookmark and Share



 

image logo lien vers page Facebook site traductions2chansons.wifeo.com


 
STRANGE WAY
Une étrange façon
 
Cherchais-tu une sœur
Ou bien ta mère ?
Je recherchais un amour inspiré
Je n'avais pas besoin d'un petit frère à bercer
Quand le vent a battu froid
Une ribambelle de cœurs sème ton sillage
Tu as essayé de suivre
Je dois perdre la tête
Pour rester accrochée à ton fil d'argent
 
Une étrange façon de montrer ton amour
Ta manière était étrange …
 
On me dit que tu as rencontré une jeune fille
On me dit qu'elle est ton amoureuse
Grâce à sa jeunesse, quand tu l'auras brisée
Ce sera facile pour elle de s'en remettre
Pas comme moi, qui t'ai pris au sérieux
Et, un instant, j'en ai perdu le sourire,
Je me suis égarée, mais j'ai découvert que …
Il me faudra davantage que toi
Pour briser une âme comme la mienne
 
Une étrange façon de montrer ton amour
Juste pour le frisson
Mais quand l'avenir est aveugle
Juste pour le frisson
Je suis douée pour perdre mon temps
Mais je pars, j'en ai eu assez
 
L'hiver arrive le vent est froid …
Pas pour l'éternité.
 
 
FAREWELL MR. SORROW
Adieu, Monsieur Chagrin
 
Six heures, toutes les boutiques ferment
Et les arcs-en-ciel sur le pavé
D'une ville endormie.
Octobre ôte les feuilles des arbres
Tout en pleurant de rancœur et d'étrange soulagement
Et de sympathie … pour moi.
 
Te souviens-tu être sorti
Le jour où il a plu pour toujours
Et où tu te demandais
Si je rêvais toujours d'alliances,  (1)
Eh bien, adieu Monsieur Chagrin
Demain m'appartient.
 
Je crois que nous avons fait un vœu
Au coin du feu mais je suis sûre d'avoir menti
Quand je t'ai promis
Que je ne voudrais jamais chanter
Sans rien
Mais pour les cordes de ta guitare
Te voici …
 
Alors c'est ainsi qu'embrasse un Judas
Alors... voici mon baiser.
 
(1) Alliances dans le sens de bagues
 
 
WISHING THE HOURS AWAY
Balayer les heures
 
Étourdie dans le firmament
Je vois voler l'éphémère
Qui se rassemble autour des réverbères d'une petite ville
En se précipitant, se précipitant
Puis vacille vers le sol comme de la neige …
Or les braises d'un feu somnolent dans les cendres
Éphémère, perpétuel …
Et frêle, et pâle.
Écrit dans l'eau, disparaissant
Tels les vêtements, trempés, que nous portions
Dans les vagues …
Dans des chœurs, sur des sommets …
 
Vêtue (s) de blanc … bénie (s) par la lune …
Le lait … la poitrine … la fleur …
Balayant les heures …
Le temps, qui flotte toujours
Qui transcende, qui ne finit jamais
Qui fait toujours face à l'éternité
Toujours main dans la main
Débarrassé du sable, tels des coquillages …
Puis le temps s'envole
Et les instants meurent par milliers
Ensevelis, nuageux …
 
Vêtue (s) de blanc … bénie (s) par la lune …
Le lait … la poitrine … la fleur …
Balayant les heures …
La chair attendrie … le sombre nid …
A des kilomètres …
 
 
TOUCHED BY JESUS
Touchés par Jésus
 
Vous êtes-vous déjà beaucoup interrogés
Sur votre attitude ?
Ou inquiétés du rôle que vous jouez,
Du gris contre le paysage ?
Un nuage noir menace,
Un nuage noir, un ciel bleu
Les oiseaux noirs, tes paroles,
Trop sombres pour voler.
Quand la raison commence à s'estomper et à tomber
J'ai envie de t'apporter une arme.
 
Encore un jour de pluie …
Tant que nous bougeons comme des anges
Rassemble ta tristesse et ouvre la voie.
Je déteste les jeux auxquels tu joues
Tant que Dieu nous touche,
Rassemble ta tristesse
Et ouvre la voie.
 
Le sable envahit tes chaussures comme un désert
Cela ne vaut pas la mort.
Et nos talons sont assez hauts
Pour écraser le lézard
Enlève-les et secoue-le.
Le dard dans la queue
Est voué à rater
Notre peau, sans injecter le poison.
 
« Alors la prochaine fois que tu trébuches sur
mon petit bout de ciel, et que nous savons que nous
sommes en état de grâce et que nous savons que nous
sommes dans un état d'esprit ; et que nous savons que
nous faisons partie de l'état de l'art et que tout ce que nous
voulons, c'est être libres … il faut que tu reçoives, il faut
que tu reçoives ce que dit l'esprit … il faut que tu crois
ce que dit l'esprit … et elle dit ... »
 
Encore un jour de pluie
Tant que nous bougeons comme des anges
Rassemble tes vues et ouvre la voie
Je déteste les jeux auxquels tu joues
Tant que Dieu nous touche,
Rassemble ta tristesse
Et ouvre la voie.
 
 
THE DREAMER
Le rêveur
 
Elle vit qu'il fermait la porte
Elle vola un regard sur le livre bien gardé
Sa prose était une rangée de corneilles
Sur un fil à linge en été
Et le vent chassa les corneilles
Certaines atteignirent le ciel, d'autres se retrouvèrent à terre
Jamais elle n'entendit un son si plein
Ce qui n'est guère surprenant ….
 
Elle est amoureuse du rêveur,
Si amoureuse de son monde.
 
Ses chansons, on pouvait les chanter
N'importe quand, dans n'importe quelle clé.
C'était des bijoux dans des piscines élyséennes
A voir dans l'éternité
Et l'eau faisait briller les bijoux
Certains, tels des étoiles et d'autres, tel du vin.
Dans les yeux, des anges terrestres
Ce qui n'est guère surprenant …
 
Il lui fait fermer les yeux … (1)
Il l'aide à peindre le ciel en bleu … (1)
 
Et le septième rêve était si surréaliste
Que, lorsque le rêveur brisa le septième sceau
Et que les papillons perdirent tous leurs gouvernails
Ce ne fut guère une surprise …
 
(1) Les pronoms « lui » et « l' » dans ces deux phrases, renvoie à un personnage féminin.
 
 
SHARE IT WITH ME
Partage-le avec moi
 
Madeleine entend les bohémiens dire
Qu'elle est stupide et folle
Ce qui n'est pas si loin de la vérité,
Elle est l'essence de la jeunesse,
La fleur que tu mets sur la tombe de l'éternité.
La romantique qui n'a pas peur
Du battement de son cœur,
Elle lève son verre à ton art
Et quand elle est ivre, elle dit …
 
Oh, donne-moi l'automne, donne-moi les arbres,
Rassemble tout ce dont j'ai eu envie,
Et donne-le moi, s'il te plaît
Donne-moi l'océan, donne-moi la mer
Rassemble tout ce dont j'ai eu envie,
Et partage-le avec moi.
 
Combien de cœurs renversés dans la rue ?
Combien de poètes ont tendance
A boire et à faire des vers,
Par ses yeux singuliers transperçant un plan de vol
D'air raréfié
Où tous les oiseaux d'un noir de jais, venant de l'ouest
Se reposent dans ses cheveux ?
Elle porte un toast à ton amour
Elle quand elle est ivre, elle dit …
 
Et tu lui demandes d'où elle vient
Et elle te répond : « de la terre »,
Comme l'endroit d'où tu viens
Est un tout autre monde
Elle dit « la vie est un banquet,
Alors pourquoi s'échiner
A ramasser les miettes sur une table ?
Viens la partager avec moi ».
 
 
RHYTHM OF LIFE
Le rythme de la vie
 
Je ne suis nulle part où j'ai déjà été
Je ne suis personne, je ne me souviens pas de moi
Je laisse tout filer
Tu me montres les cieux
Quand ta porte est toujours fermée
Tout comme les portes des églises
Quand tu as besoin d'un petit peu de Jésus
En dehors de ses heures de travail
Tu le sais, où étais-tu
Quand j'avais besoin de toi
 
Enlace-moi, donne-moi un petit battement de ton cœur
Tu dois m'enlacer, c'est comme le rythme de la vie pour moi
 
Comme j'ai hâte de savourer
Le réconfort de tes bras
On me dénie
Jamais je ne me fie
Au réconfort ou à la charité des inconnus
Ecoute toutes les berceuses, faibles et solitaires,
Que j'aime plus que la vie.
La chaleur d'un ami sur laquelle je pourrais compter
Pour m'écouter.
 
Que trouveraient-ils alors dans les cendres
Une poupée de papier qui pensait être une danseuse
Se fondant dans le gris fondu
D'un soldat en étain,
Apparu une fois sur son chemin ?
 
 
THE MYSTERY WE ARE
Le mystère que nous sommes
 
Dans le couloir aux miroirs
Dans une foule de toi
Où tu te rassembles en forme de nuage
Refusant la vérité
Les incertitudes qui se réflètent tout du long
Alors que je me heurte encore à la confusion
Sur ce que je dois faire ou dire,
Oh, je t'en prie … ne révèle pas ce que nous sommes
Pouvons-nous encore nous étonner du mystère
Peut-être, un jour, trouverons-nous cette chose que nous sommes,
Qu'elle se trouve sous une pierre ou derrière une porte,
Se languissant sur un parterre d'océans
Dans le cœur ou accrochée à une étoile …
Le mystère que nous sommes.
 
Des poupées russes qui dissimulent un rêve dans un rêve
Là où l'on ne voit que rarement
Les abîmes sous la surface
 
Si tu connais la réponse
Et si tu trouves la clé
De l'ouverture des secrets
Et que tu me l'offres, et que je dis :
Je t'en prie, ne révèle pas qui nous sommes
Pouvons-nous encore nous étonner du mystère
Peut-être, un jour, trouverons-nous cette chose que nous sommes,
Qu'elle se trouve sous une pierre ou derrière une porte,
Se languissant sur un parterre d'océans
Sombrant dans un sommeil sans rêves
Se mêlant au velours, au fin fond du cœur
Ou accrochée à une étoile …
Le mystère que nous sommes.
 
 
HIDE CHILD
Cache-toi, mon enfant
 
Je vois à travers toi par-dessus le rideau
En toi, en toi
L'hiver t'accompagne, dans tes yeux, la glace
Cette nuit froide, nuit froide
 
Cache-toi mon enfant, je ne suis qu'un souffle
Cache-toi mon enfant, quand tu détournes ton visage
Cache-toi mon enfant, tout est clair pour moi
Cache-toi mon enfant, quelqu'un près de moi … bye bye.
 
Le soir s'attarde et je suis seule à présent
Si fatiguée, si fatiguée
Et je découvre que ma déception
Est ma seule façon de suivre
La lumière, la lumière
 
Cache-toi mon enfant, les ombres sont tes seules amies
Cache-toi mon enfant, tandis que s'abat la forme de la nuit
Cache-toi mon enfant, la pluie autour de moi
Me donne envie de pleurer, mon enfant,
De te parler de moi.
 
Tu fais certains choix
Tu ne prends pas de décisions
Alors tu les perds dans le temps, dans le temps
 
Cache-toi, mon enfant, derrière la porte, tranquillement
Cache-toi mon enfant, qui puis-je chercher
Cache-toi mon enfant, par là, je n'en suis pas sûre
Cache-toi mon enfant, la pièce est vide,
Ralentis …
Ralentis …
 
 
RAVENS
Les corbeaux
 
Tard cette nuit, vers minuit moins le quart
En plein cœur d'un terrible orage
J'ai eu la terrible vision
D'un corbeau qui volait dans ma chambre
Mon sang se glaça, mon cœur s'arrêta
Tandis que je remontai mes couvertures sur ma tête
Une minute s'écoula, et je levai les yeux
Et le trouvai au pied de mon lit
Puis, d'un croassement démoniaque
Il me dit qu'il n'était qu'une partie de toute une colonie
Et j'étais malade à l'idée-même
De devoir faire face à dix-neuf autres
Il dit, « regarde par la fenêtre »
Le ciel en est rempli, je leur tire dessus.
L'aube rose dans des cieux hivernaux,
Tout chauds sur les ailes d'une colombe
Elle sombre et attérit sur le dos sur ma main
Et chante avec la voix de l'amour …
« Les pensées faites chair peuvent se révéler belles
J'en suis l'exemple-même,
Si bien nourri du meilleur de tes rêves
Et à la beauté qui s'y rattache
Mais ces bêtes noires que tu voies à l'est
Tombent sur le parterre d'orchidées
En s'ouvrant, des fruits sucrés et des fourmis tortueuses
Que tu caches derrière la porte usée
Vont à la cave !
Je vois les bêtes, et elles
Font un festin ».
Emplis ma tête de petites fleurs blanches
Aide la douceur à guérir l'aigreur
Puise dans la grande puissance religieuse
Libère les corbeaux de la tour.
 
 
ARE YOU LONELY
Es-tu seul
 
Te sens-tu petit
Le dimanche après-midi
Dans ta maison sans âme
Emplie de pièces vides
Un endroit vivant autrefois
Il était une fois
Les flammes se meurent
Tandis que, dans l'escalier, les fantômes errent
Endormis sur des fauteuils vides
Dis-moi …. est-ce que tu es seul ?
 
Et si nous pensons que la sagesse vient avec le temps
Tout comme le savoir nous pique les yeux
Et que plus facilement coulent les larmes
Bercé dans la tristesse, un cœur qui ne souffre jamais
Je prie de tout le mien
Je ne ferai pas les mêmes erreurs
Est-ce que les sombres graines sont là-bas
Dans le sang que nous partageons
Dis-moi … est-ce que tu es seul ?
 
Tandis que vit l'amour, tandis que se couche le soleil
Tandis que se lèvent les lunes laiteuses dans les cieux de novembre
Tandis que se font les liens tandis que pleurent les âmes
Tandis que s'élèvent les océans dans une marée sans fin
Tandis que grandit l'amour, tandis que coule le sang
Tandis qu'existe la vérité tu ne devrais jamais te sentir isolé
 
Ce qui semble le plus douloureux
C'est de laisser tomber le fantôme
Alors dis-moi … est-ce que tu es seul ?
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Bookmark and Share
 
 
 
 
image logo lien vers page Facebook site traductions2chansons.wifeo.com
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 
Afficher la suite de cette page
 
 



Créer un site
Créer un site